Participation politique des Algériens musulmans en métropole avant l'indépendance

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Les précurseurs
Les premiers parlementaires - maires d'origine non-européenne en Europe
En France métropolitaine: parlementaires - maires
Participation politique des Algériens musulmans en métropole avant l'indépendance
Modifier
FRANCE
Élus d'origine non-européenne
Maires - Conseillers généraux - Parlementaires - Europarlementaires
Élections législatives de
2002 - 2007 - 2012 - 2017
Élections municipales de
1965 - 1995 - 2001 - 2008 - 2014
Listes autonomes
Profils des électeurs par origine nationale ou par religion
Candidat(e)s d'origine non-européenne du FN
Bibliographie
Modifier

Hadj Ali Abdelkader, 1924

Le premier candidat français musulman d'Algérie candidat à une élection législative dans l'hexagone semble avoir été Hadj Ali Abdelkader (1883-1957), candidat du Parti communiste aux élections législatives du 11 mai 1924 dans la deuxième section de la Seine qui manqua l'élection d'une vingtaine de voix. Il avait été naturalisé français par un décret du 2 août 1911 et vivait déjà en métropole avant 1914. Il sera l'initiateur de l'Etoile nord-africaine en 1925-1926[1] [2].

Cette candidature rappelle celle du militant indépendantiste des Indes orientales néerlandaises (actuelle Indonésie) Tan Malaka, candidat non élu aux Pays-Bas en 1922 sur la liste du Parti communiste, puis celle de Roestam Effendi, militant indépendantiste indonésien élu député communiste aux Pays-Bas en 1933 sur une liste où un candidat néerlandais alternait avec un candidat indonésien. Et celle de Shapurji Saklatvala, député travailliste britannique en 1922-1923, réélu en tant que communiste de 1924 à 1929. Mais en Angleterre deux députés indiens, un libéral progressiste, Dadabhai Naoroji (1892-1895), et un conservateur anti-immigration, Mancherjee Merwanjee Bhownaggree (1895-1900, 1900-1906), l'avaient déjà précédé dès la fin du XIXème siècle à la Chambre des Communes[3].

Ahmed Djebbour, 1958

Jean-Marie Le Pen fit insérer un de ses proches, Ahmed Djebbour (1931-2011), sur la liste (scrutin proportionnel) du Front national des combattants, l'ancêtre du Front national, lors de la dernière élection législative partielle de la Quatrième République, les 16 et 30 mars 1958 dans la première circonscription de la Seine, partielle consécutive au décès de Marcel Cachin[4]. Il ne s'agissait toutefois apparemment pas d'un candidat résidant réellement en métropole, il a été élu député d'Alger huit mois plus tard, en novembre 1958 et a siégé à ce titre à l'Assemblée nationale jusqu'à l'indépendance de l'Algérie en juillet 1962 qui a entraîné la "fin de mandat des députés des départements algériens"[5]. Sa fille Soraya Djebbour a été élue en 1986 au Conseil régional d'Île-de-France sur la liste du Front national, parti qu'elle a quitté trois ans plus tard.

Articles connexes

Sources

  1. Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens: E.N.A, P.P.A., M.T.L.D., 1926-1954, Éditions L'Harmattan, 1985 - 404 pages, pp.51-52
  2. Ian Birchall, "Hadj-Ali Abdelkader: un musulman communiste dans les années 1920", Contretemps, 25 octobre 2017
  3. Sumita Mukherjee, "The first Indian MP: Dadabhai Naoroji", Our Migration Story: The Making of Britain
  4. Yvan Combeau, Philippe Nivet, Histoire politique de Paris au XXe siècle: Une histoire locale et nationale, Presses universitaires de France, 2000 - 351 pages, p.215
  5. Notices et portraits des députés de la Ve République, Ie législature, M. Ahmed Djebbour, Site de l'Assemblée nationale

Lien externe

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils