Sally Chadjaa

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
FRANCE
Élus d'origine non-européenne
Maires - Conseillers généraux - Parlementaires - Europarlementaires
Élections législatives de
2002 - 2007 - 2012 - 2017
Élections municipales de
1965 - 1995 - 2001 - 2008 - 2014
Listes autonomes
Profils des électeurs par origine nationale ou par religion
Candidat(e)s d'origine non-européenne du FN
Bibliographie
Modifier
Sally Chadjaa, née le 30 novembre 1977 à La Rochelle, est une femme politique française d'origine algérienne[1].

Son père a immigré en France en 1976, sa mère est française[2].

Elle a fait des études de droit européen à l'Université de La Rochelle. Depuis 2004, elle est l'assistante parlementaire de Jean-Marie Morrisset, député (UDF, puis UMP) des Deux-Sèvres. Elle s'est engagée activement à l'UMP en 2007 et figurait sur la liste UMP aux municipales à La Rochelle en 2008. Élue conseillère régionale UMP de Poitou-Charentes en 2010, elle a été appelée à siéger comme conseillère municipale de La Rochelle la même année[3].

Elle a été éliminée dès le premier tour aux législatives de 2012 dans la première circonscription de Charente-Maritime (précédemment détenue par le PS) contre Ségolène Royal et un candidat PS dissident - soutenu par le chef de file de la droite locale, Dominique Bussereau - seuls restés en lice pour le second tour. Interrogée par Le Point après le premier tour, "Est-ce que vous avez été sacrifiée par l'UMP pour faire rempart à Ségolène Royal ?", elle répond "Pas par l'UMP au niveau national, puisque la consigne est "ni gauche ni FN". Et beaucoup d'anciens ministres sont venus me soutenir : Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Roselyne Bachelot, Nora Berra, Marie-Anne Montchamp, Benoist Apparu... C'est Dominique Bussereau qui m'a sacrifiée en faisant en sorte que des électeurs de droite votent Olivier Falorni. Et c'est Olivier Falorni qui va gagner en étant effectivement élu avec des voix de droite et d'extrême droite"[4]. Au Journal du dimanche qui lui demandait si elle n'était pas déçue, elle a répondu "Je le suis car dans cette élection, j'ai été complètement privée du débat démocratique que je réclamais. Il n'y en a eu que pour les querelles de personnes, et ça continue. Je le regrette pour les électeurs. On a occulté les questions de fond pour se concentrer sur la situation personnelle de Madame Royal. Mais ne comptez-pas sur moi pour faire de l'anti-royalisme primaire, alors que j'ai combattu l'anti-sarkozysme de toutes mes forces."[5]. Son dernier tweet avant le premier tour était "DIMANCHE, VOTEZ POUR UNE ELUE QUI VOUS RESSEMBLE ET VOUS RASSEMBLE! APPUYEZ SUR LE BOUTON DE L'ASCENSEUR SOCIAL"[6]

Notes et références

  1. Blog de Sally Chadjaa
  2. Vincent Duhem, ""Législatives françaises : Sally Chadjaa, pour forcer le destin", Jeune Afrique, 6 juin 2012
  3. Site de campagne 2012 de Sally Chadjaa
  4. Charlotte Chaffanjon, "Sally Chadjaa (UMP) : "À La Rochelle, c'est de l'anti-Royal primaire"", Le Point, 15 juin 2012
  5. Benjamin Bonneau, "Ne comptez-pas sur moi pour faire de l'anti-royalisme primaire", Le Journal du dimanche, 11 juin 2012
  6. Compte twitter de Sally Chadjaa, 8 juin 2012
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils