Ahmet Koç

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Affiche commune du couple en 2012
Ahmet Koç, né à Istanbul le 5 mai 1977, est un homme politique belge, échevin à Beringen (Limbourg) de 2007 à 2012, conseiller provincial du Limbourg depuis 2012. Jusqu'à son exclusion de ce parti le 26 août 2016, il était membre du SP.A, le parti socialiste flamand. Il a été marié avec Duygu Akdemir, échevine à Beringen depuis 2013, qui a mené une carrière politique parallèle à la sienne depuis 2007 et a démissionné du SP.A suite à son exclusion.

Études, vie personnelle

Après des études secondaires dans un collège catholique à Beringen, commune de la province ex-minière du Limbourg à forte proportion de Turcs, Ahmet Koç obtient à la Vrije Universiteit Brussel (libre-exaministe) un diplôme de sciences politiques, comme Duygu Akdemir, puis un master en droit international et européen.

Débuts en politique

De 2003 à 2005, il travaille en tant que conseiller au cabinet de Johan Vande Lanotte (SP.A), à l'époque vice-premier ministre et ministre du Budget. Il est ensuite engagé comme secrétaire personnel du ministre du Travail Peter Vanvelthoven (SP.A), par ailleurs politicien local limbourgeois depuis une dizaine d'années, fils et successeur d'un politicien local et national.

Élections communales de 2006

Ahmet Koç est pour la première fois candidat aux élections communales à Beringen en 2006. Cette commune compte déjà depuis 2000 un élu turc, Selahattin Koçak, lui aussi SP.A, qui est échevin depuis 2001 et a obtenu d'être placé en deuxième position sur la liste. Koç n'occupe que la quatorzième place, mais recueille plus de suffrages que Koçak (2.053 contre 1.913). Les trois candidats turcs de la liste sont tous élus, la troisième, Zeynep Cakir (805 voix, 8ème score de la liste) ne figurant pourtant qu'en vingt-neuvième position sur 35[1]. Parmi les quatre autres listes en compétition (VLD, Vlaams Belang, N-VA et CD&V), seule celle du CD&V[2] présentait également deux candidats turcs, dont aucun n'est élu alors que l'un d'entre eux, Basir Hamarat (futur président de l'UETD, la branche européenne de l'AKP), figurait en position (8ème) théoriquement éligible[3].

Lors de la formation du nouveau collège communal début 2007, tant Koç que Koçak deviennent échevins, mais début 2012 ils sont tous deux suspendus de leurs compétences en raison de leur absentéisme à répétition[4].

Élections législatives fédérales de 2010

Quatrième candidat effectif sur la liste SP.A aux législatives fédérales de 2010, qui avait obtenu trois sièges en 2007 (et quatre en 2003), il obtient 15.121 voix, soit le quatrième score le plus important, effectifs et suppléants confondus[5], mais le premier score (5.584 voix) dans le canton de Beringen[6].

Élections communales de 2012

Aucun des deux échevins turcs sortants n'a été repris sur la liste SP.A aux communales de 2012. Le passage de Koçak à l'Open VLD, évoqué dès la mi-juillet, a abouti à sa candidature sur la liste de ce parti de droite, par contre l'épouse de Koç, Duygu Akdemir, figurait sur la liste SP.A en deuxième place, et lui-même a été inséré sur la liste SP.A aux provinciales[4] [7]. Koçak n'a pas été réélu, en raison de l'écrasement de la liste VLD par la N-VA, Koç et Aydemir ont été élus et après les élections Koç est devenu vice-président du conseil provincial et son épouse[8] échevine à Beringen.

Élections législatives fédérales de 2014

Troisième candidat effectif sur la liste SP.A aux législatives fédérales de 2014, qui avait obtenu deux sièges en 2010, il obtient 17.812 voix, soit le deuxième score le plus important, effectifs et suppléants confondus, un peu plus que la deuxième de la liste, Meryame Kitir (17.723), qui est toutefois (ré)élue (élue directe en 2007-2010, elle avait à nouveau été appelée à siéger par la suite en tant que première suppléante) grâce à la dévolution de la case de tête[9]. Dans le district électoral de Beringen, il a obtenu le premier score (6.108 voix), devant son ancien employeur Peter Van Velthoven (5.028 voix)[10].

Polémiques de 2016 et exclusion

Avril: soutien à Erdogan contre l'humoriste allemand

Juillet: appel à la haine et à la violence contre les gülenistes

voir aussi Violences en Europe occidentale suite à la tentative de coup d'État de 2016 en Turquie

Le jour de la tentative de coup d'état en Turquie, il appelle à la haine et à la violence sur Facebook, et se serait même mêlé aux émeutiers erdoganistes cette nuit-là à Beringen selon certains témoins[11]. Les dirigeants de l'association güleniste Vuslat, dont les vitres du local ont été brisées par les émeutiers, l'accusent d'avoir directement incité à ces violences[12].

Août: exclusion du SP.A

En fin de compte, la "Commission administrative" du SP.A l'a exclu du parti le vendredi 26 août 2016[13] dans les termes suivants:

"La Commission administrative constate que Monsieur Ahmet Koç émet sur des forums publics des propos en opposition aux valeurs et aux statuts du SP.A. En tant que mandataire politique il doit montrer l'exemple, unir les gens, respecter et soutenir les valeurs démocratiques. En vertu de l'article 1 du SP.A et de l'article 4 du Code de déontologie, après avoir entendu l'intéressé et après large délibération, la Commission administrative décide avec effet immédiat d'exclure Monsieur Ahmet Koç en tant que membre du SP.A."[14]

Une dizaine d'élus turcs du SP.A, qui en compte entre 20 et 30, se sont plus ou moins solidarisés avec Koç dès l'annonce de la procédure d'exclusion, mais la lettre collective menaçant le parti de leur intention de siéger comme indépendants au cas où cette exclusion avait lieu n'aurait jamais été formellement envoyée selon Mustafa Aytar, président du CPAS de Houthalen-Helchteren[15]. Toutefois, le mardi suivant l'exclusion de Koç, le président du SP.A a invité ces élus turcs pour discuter de la situation, et Aytar a estimé que "l'affaire Koç a laissé des plaies profondes dans le parti"[16].

Sources

  1. le SP.A avait obtenu 10 sièges en 2000, 12 en 2006
  2. 12 élus sortants, 12 élus en 2012, parti du bourgmestre sortant
  3. Résultats officiels des élections communales de 2006 à Beringen (consultables uniquement via Internet Explorer)
  4. 4,0 et 4,1 Belga, "Selahattin Koçak van sp.a naar Open Vld?", De Morgen, 15 juillet 2012
  5. Résultats officiels des candidats de la liste SP.A dans la circonscription du Limbourg pour les élections à la Chambre de 2010
  6. Résultats officiels des candidats de la liste SP.A dans le district électoral de Beringen pour les élections à la Chambre de 2010
  7. Belga, "Koçak naar Open VLD. Ex-SP.A-schepen troef voor liberalen", Het Nieuwsblad, 4 août 2012
  8. à une date indéterminée, le couple s'est séparé: les dépêches Belga début septembre 2016 parlent d'elle comme son "ex-compagne"
  9. Résultats officiels des candidats de la liste SP.A dans la circonscription du Limbourg pour les élections à la Chambre de 2014
  10. Résultats officiels des candidats de la liste SP.A dans le district électoral de Beringen pour les élections à la Chambre de 2014
  11. "Sp.a'er Ahmet Koç verdacht van aanzetten tot geweld", De Morgen, 22 août 2016
  12. "Limburgs provincieraadslid Ahmet Koç (sp.a) onder vuur: "Soldaten die van de riem krijgen, is dat abnormaal?"", NewsMonkey, 20 juillet 2016
  13. Jonas Legge, "Ahmet Koç, machine à voix en Flandre, exclu du SP.A", La Libre Belgique, vendredi 26 août 2016
  14. Ellen Maerevoet, Alexander Verstraete, "De SP.A gooit Ahmet Koç buiten", De Redactie (VRT), 26 août 2016
  15. "Koç: "riep niet op tot haat en geweld"", VTM, 26 août 2016
  16. Belga, ""Zaak Koç slaat diepe wonden in de partij", Het Belang van Limburg, 30 août 2016

Voir aussi

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils