Arguments contre le droit de vote des étrangers

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
  • « Accepter le vote des étrangers, c'est la porte ouverte au communautarisme. Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent obligatoire la nourriture hallal dans les repas des cantines, ou réglementent les piscines à l'encontre des principes de mixité » (Claude Guéant, Ministre français de l'Intérieur, UMP, vendredi 2 mars 2012, lors d'une réunion électorale à Velaine-en-Haye, près de Nancy)[1]
  • « Donner le droit de vote aux étrangers, c’est ouvrir la voie au vote communautaire et c’est mettre les maires sous la pression du chantage communautariste. La République est une promesse faite à ceux qui s’engagent à la respecter, à la défendre et pas à ceux qui ne se sentent aucun devoir à l’égard de la France. Devenir français doit être un acte de volonté. » « La laïcité c’est un principe de respect de toutes les croyances. C’est notre façon à nous de distinguer le spirituel et le temporel. C’est une affaire de civilisation, la nôtre. Cette exigence civilisatrice permet à chacun d’être libre. Nul ne peut imposer ses modes de vie, ses traditions, au nom de ses convictions religieuses. Nous ne l’accepterons pas parce que nous sommes attachés à nos valeurs. » (Nicolas Sarkozy, Président de la République, UMP, samedi 3 mars 2012, lors d'une réunion électorale à Bordeaux)[2]

Sources

  1. « Guéant: "lien halal/vote des étrangers" », Agence France-Presse, 2 mars 2012
  2. « Sarkozy refuse le "communautarisme" », Le Figaro, 3 mars 2012

Articles connexes

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils