Différences entre versions de « Sfia Bouarfa »

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Ligne 25 : Ligne 25 :
 
*2001-2006: membre du conseil d'administration de l'Association de la ville et des communes de la Région de Bruxelles-Capitale
 
*2001-2006: membre du conseil d'administration de l'Association de la ville et des communes de la Région de Bruxelles-Capitale
 
*2001-2009: sénatrice désignée par le Parlement de la Communauté française
 
*2001-2009: sénatrice désignée par le Parlement de la Communauté française
 +
 +
==Sources==
 +
<references/>
  
 
==Iconographie==
 
==Iconographie==

Version du 1 décembre 2015 à 22:13

La participation politique des Bruxellois.es d'origine non-européenne
Élections régionales
1989 - 1995 - 1999 - 2004 - 2009 - 2014 - 2019
Élections communales
1976 - 1982 - 1988 - 1994 - 2000 - 2006 - 2012 - 2018
Conseils consultatifs communaux des immigrés
Membres du Parlement bruxellois - Échevin.e.s, président.e.s de CPAS et bourgmestres
Résultats officiels des élections
Belgique
modifier

Sfia Bouarfa, née à Jerada (Maroc) le 14 octobre 1950, est une femme politique belge d'origine marocaine, militant au Parti socialiste.

Tract pour les élections communales de 2000 à Schaerbeek (recto)

Elle a quitté le Maroc en 1971 pour poursuivre des études d'assistante sociale et une licencie en sciences du travail en Belgique, elle a tenté brièvement un retour au pays en 1976 mais n'y est pas restée et a acquis la nationalité belge en 1983.

Implantation schaerbeekoise

Engagée comme médiatrice sociale par la commune de Schaerbeek suite à une initiative régionale prise après les émeutes de Forest de 1991, elle entre en conflit avec l'échevin PRL de l'état-civil Bernard Guillaume, qui obtient le soutien de la majorité de droite issue de la liste raciste NOLS qui avait remporté les élections communales de 1988. Son licenciement en 1993 a un certain écho médiatique[1] et suscite de vives réaction de l'opposition PS, PSC et FDF, sans que ces partis se coordonnent avec le reste de l'opposition, Ecolo et IDS, un groupe politique local de FDF dissidents[2] [3]. Une plainte pour licenciement abusif est ensuite déposée contre le collège, l'ex-médiatrice explique que "Les services de la population sont le principal obstacle à l'intégration à Schaerbeek. Ils abusent de la loi Gol, ainsi que le conseil d'État l'a constaté à deux reprises. Ils taxent les citoyens pour des erreurs administratives commises à leurs propres guichets. Un ressortissant espagnol s'est même vu réclamé pendant plusieurs mois une attestation d'accès au territoire, alors que son pays fait partie de la CE. Il se prénommait Mohamed. Pour l'état civil, c'est tout ce qui comptait... «Nous inscrivons qui nous voulons», m'a-t-on dit au cabinet de l'échevin concerné[4]". Un mois après le licenciement, l'échevin de l'harmonisation (cohabitation) André Verhaegen déclare à la presse qu'il lui "paraît davantage un incident de parcours qu'une affaire Dreyfus à la sauce schaerbeekoise"[5]. En fin de compte, un recours en annulation introduit par le groupe IDS est rejeté en août 1993 par la Région bruxelloise en tant que tutelle de la commune[6].

En décembre 1993, elle intègre le comité de Dunes, une section parallèle du PS à Schaerbeek mise sur pied depuis un an[7]. Quelques mois plus tôt, son nom avait été évoqué comme possible candidate d'ouverture aux communales de 1994 au sein de la commission immigration-citoyenneté d'Ecolo, parmi d'autres dont l'entrepreneur d'origine tunisienne Sadok Boudoukhane, toutefois il ne semble pas y avoir eu de contact concret en ce sens[8].

L'année suivante, elle figure en quatrième position sur la liste PS, qui décroche quatre sièges, Sfia Bouarfa obtenant le meilleur score préférentiel. Elle est réélue en 2000 et en 2006, puis décide de ne plus se représenter en 2012, en désaccord avec la composition de la liste.

Implantation régionale

Elle a été élue au conseil régional bruxellois en juin 1995. Elle figurait en ordre utile aux deux élections. En 1999, elle est à nouveau candidate à la Région en ordre utile, ainsi qu’à la deuxième suppléance au Sénat.

Chronologie des mandats

extrait de sa fiche sur le site du Sénat:

  • 1994-2012: conseillère communale (Schaerbeek)
  • 1995-2001: membre du conseil d'administration de l'Intercommunale bruxelloise de Distribution d'eau (IBDE)
  • 1995-2001: membre du conseil d'administration de la Coopérative "Foyer Schaerbeekois"
  • 1995-2014: membre du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale (dénommé avant le 25 février 2005: Conseil de la Région de Bruxelles-Capitale)
  • 1995-2009: membre du Parlement de la Communauté française (dénommé avant le 25 février 2005 : Conseil de la Communauté française)
  • 1995-2004: vice-présidente du groupe PS (Conseil de la Communauté française)
  • 1997-2009: secrétaire du Parlement de la Communauté française (dénommé avant le 25 février 2005 : Conseil de la Communauté française)
  • 2001-2006: membre du conseil d'administration de l'Intercommunale bruxelloise d'assainissement (IbrA)
  • 2001-2006: membre du conseil d'administration de l'Association de la ville et des communes de la Région de Bruxelles-Capitale
  • 2001-2009: sénatrice désignée par le Parlement de la Communauté française

Sources

  1. François Robert, "Schaerbeek: la médiatrice sera licenciée", Le Soir, 21 avril 1993
  2. "Schaerbeek: Cohabitation en péril", Le Soir, 27 avril 1993
  3. François Robert, "Le conseil persiste: la médiatrice sociale licenciée. Les faucons triomphent à Schaerbeek", Le Soir, 30 avril 1993
  4. Daniel Couvreur, "La médiatrice sociale n'a pas commis de faute grave. Schaerbeek licencie à la tête du client", Le Soir, 14 mai 1993
  5. "Schaerbeek. Pas d'affaire Dreyfus?", Le Soir, 26 mai 1993
  6. "http://archives.lesoir.be/tunnels_t-19930804-Z072FX.html Schaerbeek. La médiatrice licenciée: la tutelle ne s'oppose pas", Le Soir, 4 août 1993
  7. François Robert, "Les deux PS en lice à Schaerbeek. «Dunes» a son programme: il ne lui manque qu'une liste", Le Soir, 16 décembre 1993
  8. l'auteur de ces lignes était membre de ladite commission de 1993 à 1997, cette information n'a évidemment jamais été rendue publique

Iconographie

Sfia Bouarfa sur la Tractothèque

Site personnel

Site officiel

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.