Différences entre versions de « Meryem Kaçar »

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
 
(5 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{Belgique}}
 
{{Belgique}}
 
Meryem Kaçar, née le 1 octobre 1969 à Çifteler (Turquie), est une avocate et une femme politique belge.
 
Meryem Kaçar, née le 1 octobre 1969 à Çifteler (Turquie), est une avocate et une femme politique belge.
 +
 +
Elle est arrivée en Belgique à l'âge de 7 ans, est retournée en Turquie pour y être scolarisée, puis est revenue par la suite terminer ses études en Belgique. Avant d'être élue en 1999, elle représentait Agalev au conseil d'administration du Centre pour l'Egalité des Chances et la lutte contre le racisme
  
 
Elle a été sénatrice [[Partis politiques belges|Agalev (ancien nom de Groen!)]] de 1999 à 2003 via la suppléance, puis élue conseillère communale à Gand en 2006, mandat dont elle a démissionné en 2009<ref>[https://web.archive.org/web/20171204165853/http://www.senate.be/www/Webdriver?MIval=/showSenator&ID=4116&LANG=fr Fiche sur le site du Sénat]</ref>. Elle avait obtenu 15.072 voix de préférence en 2003 mais son parti a été éliminé du parlement fédéral, étant passé sous le seuil des 5%.
 
Elle a été sénatrice [[Partis politiques belges|Agalev (ancien nom de Groen!)]] de 1999 à 2003 via la suppléance, puis élue conseillère communale à Gand en 2006, mandat dont elle a démissionné en 2009<ref>[https://web.archive.org/web/20171204165853/http://www.senate.be/www/Webdriver?MIval=/showSenator&ID=4116&LANG=fr Fiche sur le site du Sénat]</ref>. Elle avait obtenu 15.072 voix de préférence en 2003 mais son parti a été éliminé du parlement fédéral, étant passé sous le seuil des 5%.
[[Fichier:Kacarlucifers.jpg|thumb|200px|left|Autobiographie publiée en 2002 (traduction du titre: "Offrir des allumettes")]]
+
 
 
Son époux, Dries Lesage, est professeur à l'Université de Gand.
 
Son époux, Dries Lesage, est professeur à l'Université de Gand.
  
 
Meryem Kaçar est membre du Comité pour les Turcs vivant à l'étranger (''Yurt Disi Türkler ve Akraba Topluluklar Baskanligi'', YTB), un organe de l'Etat turc directement rattaché au cabinet du Premier Ministre, créé en 2010 par Recep Tayyip Erdogan, qui occupait alors lui-même ce poste. Elle a critiqué à ce titre les médias belges qui dresseraient selon elle "un tableau noir et partial de la Turquie"<ref>Dirk Vermeiren, "[https://web.archive.org/web/20161125092518/https://www.mo.be/opinie/wat-we-niet-mogen-weten-over-turkije-over-westerse-media-en-de-turkse-realiteit Wat u niet zal vernemen over Turkije]", ''Mo'', 13 novembre 2016</ref>.
 
Meryem Kaçar est membre du Comité pour les Turcs vivant à l'étranger (''Yurt Disi Türkler ve Akraba Topluluklar Baskanligi'', YTB), un organe de l'Etat turc directement rattaché au cabinet du Premier Ministre, créé en 2010 par Recep Tayyip Erdogan, qui occupait alors lui-même ce poste. Elle a critiqué à ce titre les médias belges qui dresseraient selon elle "un tableau noir et partial de la Turquie"<ref>Dirk Vermeiren, "[https://web.archive.org/web/20161125092518/https://www.mo.be/opinie/wat-we-niet-mogen-weten-over-turkije-over-westerse-media-en-de-turkse-realiteit Wat u niet zal vernemen over Turkije]", ''Mo'', 13 novembre 2016</ref>.
  
En 2017, elle s'est associée à [[Dyab Abou Jahjah]] et à [[Ahmet Koç]] en vue de former [[Denk.be|un nouveau parti s'adressant prioritairement aux Belges d'origine non-européenne]].
+
En 2017, elle s'est associée à [[Dyab Abou Jahjah]] et à [[Ahmet Koç]] en vue de former un nouveau parti s'adressant prioritairement aux Belges d'origine non-européenne sur le modèle de [[Denk]] aux Pays-Bas, finalement baptisé [[Be.one]]. Candidate en tête de liste à Gand en 2018, elle a ensuite quitté ce parti suite à des disputes internes.
  
 
==Sources==
 
==Sources==
 
<references/>
 
<references/>
 +
 +
==Iconographie==
 +
<gallery>
 +
Kacarlucifers.jpg|Autobiographie publiée en 2002 (traduction du titre: "Offrir des allumettes")
 +
kacar2006.jpg|Communales de 2006
 +
kacar2018.jpg|Communales de 2018
 +
</gallery>
  
 
==Voir aussi==
 
==Voir aussi==
Ligne 18 : Ligne 27 :
 
{{chantier}}
 
{{chantier}}
 
{{DEFAULTSORT:Kacar, Meryem}}
 
{{DEFAULTSORT:Kacar, Meryem}}
[[Catégorie:Parlementaire fédéral(e) belge d'origine non-européenne]]
+
[[Catégorie:Membre d'origine non-européenne du Parlement fédéral belge]]
 
[[Catégorie:Parlementaire d'origine turque]]
 
[[Catégorie:Parlementaire d'origine turque]]
 +
[[Catégorie:élu.e belge d'origine turque]]

Version actuelle datée du 9 février 2020 à 19:12

Électrices et électeurs, candidat.e.s et élu.e.s d'origine étrangère ou binationales.aux en Belgique
en Région de Bruxelles-Capitale - en Flandre - en Wallonie
Tractothèque (photos d'affiches, tracts scannés etc.) - Bibliographie - Résultats officiels des élections
modifier

Meryem Kaçar, née le 1 octobre 1969 à Çifteler (Turquie), est une avocate et une femme politique belge.

Elle est arrivée en Belgique à l'âge de 7 ans, est retournée en Turquie pour y être scolarisée, puis est revenue par la suite terminer ses études en Belgique. Avant d'être élue en 1999, elle représentait Agalev au conseil d'administration du Centre pour l'Egalité des Chances et la lutte contre le racisme

Elle a été sénatrice Agalev (ancien nom de Groen!) de 1999 à 2003 via la suppléance, puis élue conseillère communale à Gand en 2006, mandat dont elle a démissionné en 2009[1]. Elle avait obtenu 15.072 voix de préférence en 2003 mais son parti a été éliminé du parlement fédéral, étant passé sous le seuil des 5%.

Son époux, Dries Lesage, est professeur à l'Université de Gand.

Meryem Kaçar est membre du Comité pour les Turcs vivant à l'étranger (Yurt Disi Türkler ve Akraba Topluluklar Baskanligi, YTB), un organe de l'Etat turc directement rattaché au cabinet du Premier Ministre, créé en 2010 par Recep Tayyip Erdogan, qui occupait alors lui-même ce poste. Elle a critiqué à ce titre les médias belges qui dresseraient selon elle "un tableau noir et partial de la Turquie"[2].

En 2017, elle s'est associée à Dyab Abou Jahjah et à Ahmet Koç en vue de former un nouveau parti s'adressant prioritairement aux Belges d'origine non-européenne sur le modèle de Denk aux Pays-Bas, finalement baptisé Be.one. Candidate en tête de liste à Gand en 2018, elle a ensuite quitté ce parti suite à des disputes internes.

Sources

  1. Fiche sur le site du Sénat
  2. Dirk Vermeiren, "Wat u niet zal vernemen over Turkije", Mo, 13 novembre 2016

Iconographie

Voir aussi

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.