Staatkundig Gereformeerde Partij

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

Le Staatkundig Gereformeerde Partij (SGP) est un parti politique néerlandais fondamentaliste protestant, représenté au parlement national, au parlement européen et dans les exécutifs de plusieurs communes, seul ou en coalition avec, notamment, les partis travailliste (PvdA) et libéral (VVD).

Relations avec les autres partis

Lors des discussions pour former une coalition gouvernementale après les élections de 2003, le CDA (parti démocrate-chrétien), vainqueur des élections, souhaitait étendre la coalition à la ChristenUnie (un parti chrétien plus modéré sur le plan religieux et plutôt progressiste sur le plan socio-économique) et au SGP, mais les libéraux du VVD refusèrent cette option, surtout en raison de la position de ce parti envers les droits des femmes.[1]

Même la ChristenUnie a pris ses distances vis-à-vis du SGP, son leader avait déjà déclaré en 2002 que "Si le SGP ne modifie pas sa position concernant les femmes sur les listes électorales communes formées avec la ChristenUnie (CU), ce dernier parti suspendra toute forme d'association aux prochaines élections municipales".[1]

Le SGP a connu des dissensions internes à ce sujet, notamment pendant la préparation des élections municipales de mars 2006, le SGP exigeant une fois de plus des listes sans femmes dans les communes où les deux petits partis protestants ne présentaient qu'une seule liste. Un bourgmestre, un échevin et des conseillers communaux du SGP ont rendu leur carte du parti pour protester contre cette attitude en décembre 2005.[1] Après ces élections communales, le leader de ChristenUnie a déclaré que "Je constate que dans les communes où nous nous étions associés au SGP nous n’avons pas progressé", alors que dans quelques communes où le SGP avait rompu avec la ChristenUnie parce qu’elle avait placé une femme sur sa liste, la ChristenUnie avait bel et bien progressé.[1]

En septembre 2006, le maire SGP de Soest, Arie Noordergraaf, qui figurait en cinquième position, a été retiré de la liste de son parti aux élections législatives pour avoir affirmé à plusieurs reprises que les femmes devaient pouvoir devenir bourgmestres ou échevines.[1]

Financement public

Depuis plusieurs années, des plaintes ont été déposées contre le SGP par des femmes estimant inconstitutionnelle et contraire aux traités internationaux signés par les Pays-Bas le refus de ce parti d'admettre des femmes comme membres à part entière, et a fortiori de les présenter comme candidates. Le 13 novembre 2003, l'Institut Clara Wichmann, qui a pour objectif l'émancipation de la femme, a officiellement porté plainte pour discrimination à l'égard des femmes contre le parti réformé constitutionnel SGP. L'Institut a également porté plainte contre l'État néerlandais, parce que le parti bénéficie d'une subvention publique.

En septembre 2005, le tribunal de La Haye a condamné le SGP sur base de la Convention sur les droits politiques de la femme du 31 mars 1953, précisant dans le jugement que "L’État n’a rien fait pour mettre fin à la discrimination des femmes par le SGP, il l’a au contraire soutenu en lui versant des subventions" (le SGP reçoit de l’État environ 800.000 euro par an). Le ministre de l’Intérieur a fait appel contre cette décision, mais en attendant le jugement en appel il a été obligé de mettre fin à la subvention de 800.000 euros par an, à partir du 1er janvier 2006.

Le 5 décembre 2007, le Conseil d'État a donné raison au SGP, forçant le gouvernement à verser la subvention (avec effet rétroactif): "Le Conseil d'État estime que la Convention internationale des femmes ne donne pas aux femmes le droit d'être membres de tous les partis politiques néerlandais. Elle contraint seulement les États à faire en sorte que les femmes puissent participer au processus démocratique. Il y a aux Pays-Bas suffisamment d'autres partis 'du spectre politique' auxquels les femmes peuvent s'inscrire. Le fait que le SGP n'admette pas que des femmes se portent candidates pour le parti ne porte donc pas atteinte au vote passif des femmes aux Pays-Bas. Les femmes qui souhaitent propager la philosophie du SGP peuvent aussi fonder leur propre parti." [1].


Programme du SGP

source

Théocratie

Quel est notre position ?

Le SGP vise à atteindre un gouvernement de notre pays entièrement basé sur la Parole de Dieu, la Bible.

Pourquoi avons-nous cette position ?

Théocratie signifie littéralement: gouvernement de Dieu. Dieu nous demande dans sa Parole, la Bible, de vivre conformément à ses préceptes. Il en a le droit puisqu'il est notre Créateur et Celui qui nous entretient. Cela signifie que dans le gouvernement du pays aussi il faut que la Parole de Dieu soit écoutée. "Crains Dieu et suis Ses préceptes parce que ceci convient à tous", ainsi qu'on le lit dans le Livre biblique Prêcheur 12:13. Il est également bon pour un pays et un peuple de vivre selon les préceptes de Dieu. "Dans leur respect (des droits du SEIGNEUR) il y a une grande rétribution", est-il écrit dans Psaumes 19:12. Chaque être humain a donc la mission biblique de vivre selon la Parole de Dieu. Les autorités ont aussi cette mission. Elles sont appelées "serviteurs de Dieu" dans Romains 13:4.

Au XVIIème siècle, quand la réforme s'est développée aux Pays-Bas, divers documents ont été établis par l'église chrétienne. L'un d'entre eux est le Nederlandse Geloofsbelijdenis (Profession de Foi néerlandaise). L'article 36 de cette profession de foi restitue très clairement la fonction des autorités telle qu'elle nous a été révélée par Dieu en Sa Parole. Le SGP maintient donc dans sa Déclaration de Principe l'article 36 non écourté de la Profession de Foi néerlandaise. Non écourté, c'est-à-dire incluant la phrase "pour écarter et éliminer toutes les idolâtries et fausses religions, pour mettre à bas le royaume de l'antéchrist". Cela signifie que les autorités ne peuvent être neutres vis-à-vis de toutes les religions. "Gouvernement de Dieu", théocratie, veut dire dans la vision du SGP: gouvernement par Dieu et la Bible.

(Beaucoup a été écrit sur le point de vue théocratique du SGP. Ce que nous en rendons ici n'est qu'un court résumé. Il est possible de commander plus d'information sous la rubrique "Beaucoup de questions posées".)


Beaucoup de questions posées

L'idéal théocratique n'est-il pas un idéal utopique ? Non, c'est bien un idéal, mais il peut être atteint. Par parce que le SGP le voudrait, mais parce que Dieu Lui-même le veut. Alors il faudra d'abord qu'intervienne un changement brusque dans notre pays. Notre peuple devrait se convertir au Dieu de la Bible et à la foi chrétienne. A court terme, il n'est pas réel de penser que cet idéal peut être concrétisé.

Comment le SGP pense-t-il atteindre une théocratie ?

Le SGP ne pense pas qu'il peut faire cela tout seul. Toute la société néerlandaise devrait changer. Ce changement peut seulement être l'oeuvre de Dieu. La SGP a bien la tâche de faire évoluer nos autorités vers un gouvernement basé sur la Parole de Dieu. Dans la pratique, cela signifie par exemple très concrètement que le SGP plaide pour une interdiction de l'abus du Nom et du jour de Dieu.

Qu'est-ce qui change quand advient une théocratie ?

Si le SGP obtenait une majorité des voix et formait le governement et une législation selon les normes et les valeurs de la Bible, cela ne changerait pas grand-chose, parce qu'alors beaucoup aura déjà été changé. Dans notre société il y a beaucoup trop de choses qui ne sont pas conforme à la Parole de Dieu. Qu'on pense seulement au mariage homosexuel, à la législation sur l'euthanasie et l'avortement. C'est directement en contradiction avec la Bible et ces lois doivent donc directement être modifiées.

N'y a-t-il alors plus de séparation entre l'église et l'Etat ?

Mais si, il y a encore toujours une séparation entre l'église et l'Etat. Ce ne sont pas les dirigeants des églises qui vont aussi diriger l'Etat. Et vice versa non plus. Donc, pas d'Etat-église et pas non plus d'église d'Etat. Par contre la Parole de Dieu résonnera à travers toute la législation. Et l'église jouera aussi un rôle beaucoup plus important dans la société. Un certain nombre de tâches sociales qui sont actuellement assumées par les autorités devront alors être reprises par l'église. Dans ce sens il y aura donc bien une relation plus étroite entre église et Etat.

Théocratie rime-t-elle avec démocratie ?

En premier lieu une théocratie doit être atteinte d'une manière démocratique. Quand la démocratie est devenue un fait, il doit également être possible de la maintenir par la démocratie. La théocratie est alors la norme et la démocratie est la forme [nl. vorm] dans laquelle la théocratie prend forme [nl. gestalte]. La signification littérale du mot "démocratie", le peuple règne, ne tient alors vraiment plus debout.

Pour plus d'informations vous pouvez:

  • Commander le dossier théocratie (en néerlandais).
  • Commander le projet d'information des jeunes. (€ 2.-)

Sources

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Le Staatkundige Gereformeerd Partij (SGP), l'exclusion politique des femmes et le financement des partis
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils