Sections noires dans le Parti travailliste

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

A partir de 1983 des "sections noires" (Labour Party Black Sections, LBPS) ont été mises sur pied par des militants "noirs" (à l'époque et dans ce contexte militant britannique, "Black" regroupait tant les Africains et Antillais que les Asians) du Parti travailliste britannique, en réaction à un sentiment de ne pas être respectés au sein de celui-ci et dans un contexte d'émeutes urbaines à Brixton, Bristol, Birmingham, Leeds, Manchester, Liverpool etc.[1]. Ces LBPS étaient vues par certains de leurs initiateurs, notamment Bernie Grant, comme la prolongation du Black Trade Unionists Solidarity Movement (BTUSM)[2].

Ces sections étaient non-statutaires, mais quatre ans plus tard quatre de leurs initiateurs entraient à la Chambre des Communes en tant que députés: Bernie Grant, Paul Boateng, Keith Vaz et Diane Abbott. En 1988, les Black Sections publiaient un Black Agenda avec leurs revendications et parallèlement le nombre d'élus locaux "noirs" fut multiplié par 500 entre 1983 et 2008. En 2002, Paul Boateng devenait le premier ministre noir membre d'un cabinet ministériel. Une structure spécifique n'a été intégrée officiellement au parti qu'en 1993 avec la Black Socialist Society (BSS), présidée en 2008 par le député Keith Vaz, ancien ministre, membre en tant que représentant de la BSS du Comité exécutif national du Labour[1].

Sources

  1. 1,0 et 1,1 Mark Wadsworth, "Celebrating Black Sections", The Guardian, 6 octobre 2008
  2. Kalbir Shukra, The Changing Pattern of Black Politics in Britain, Pluto Press, 1998, ISBN 9780745314600 p.71
Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils