Parti socialiste de Schaerbeek

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

Une Ligue ouvrière progressiste fut créée à Schaerbeek en vue des élections communales de 1884, elle était l'ancêtre des actuelles sections schaerbeekoises du Parti socialiste et du Socialistische Partij Anders (sp.a). Son premier élu schaerbeekois fut l'ouvrier Maltès. L'année suivante, les ligues ouvrières s'unirent au sein du nouveau Parti ouvrier belge, dont elle devenaient statutairement les sections locales[1].

1982-1988: l'ère du "lalotnolsisme"

Tract du PS de Schaerbeek pour les élections communales de 1982

1989-1994: crise interne autour de l'Affaire Lalot

En octobre 1989, Guy Lalot, président de la section et chef de groupe au conseil communal, est inculpé pour une affaire de fraude fiscale et détenu à la prison de Saint-Gilles[2]. Le conseiller communal Joseph Noeth le remplace provisoirement à la tête de la section, deux autres conseillers, Eddy Courtheoux et Roland De Linge, en deviennent vice-présidents[3]. Cette détention intervient pendant la même période que celles d'inculpés dans l'affaire INUSOP, Nicole Delruelle et Camille Javeau, également membres du PS, ce qui fera dire à Charles Picqué, devant une assemblée générale de sa section PS de Saint-Gilles, "maintenant qu'ils sont trois, ils ont le minimum requis pour y [à la prison de Saint-Gilles] créer une section d'entreprise du PS"...

La gendarmerie saisit les comptes de Guy Lalot et de son épouse, administratrice de homes pour personnes âgées, ainsi que d'autres documents, dont le fichier des membres de la section locale du PS. L'enquête montrera que Lalot achetait des timbres de cotisation à la Fédération bruxelloise du PS afin de gonfler artificiellement les effectifs de sa section, dans le but de lui donner plus de poids lors des polls en vue de la sélection des candidats pour les élections régionales et législatives, ce qui avait permis audit Lalot de devenir conseiller régional quelques mois plus tôt. L'argent des cotisations et les noms de ces membres fictifs venaient des homes. D'une année à l'autre, les effectifs du PS de Schaerbeek tels qu'enregistrés auprès de la fédération passent de 1.184 en 1988 à 266[4].

1993-1994: mise sur pied de Dunes (Démocratie, utopie, nouvel élan pour Schaerbeek)

Octobre 1994: Sfia Bouarfa écartée du collège

Alors qu'elle avait obtenu le meilleur score de préférence sur la liste PS-Dunes, Sfia Bouarfa fait l'objet d'un veto du bourgmestre Duriau au moment de la sélections des échevins, c'est Roland De Linge qui lui est préféré.

Octobre 2000: contestation laïco-raciste de l'attribution de l'échevinat PS à Mohamed Lahlali

Alors que Roland De Linge espérait rempiler pour 6 ans, c'est Alain Hutchinson qui est désigné échevin de l'Instruction publique, il est aussitôt déclaré "échevin empêché" puisque déjà secrétaire d'Etat régional, il est remplacé par un"échevin faisant fonction", Mohamed Lahlali. De Linge quitte aussitôt le PS et annonce son ralliement au groupe "Liste du bourgmestre (Duriau)" lors du premier conseil communal en janvier.

Octobre 2006: le Loup gris de Laurette

Fin 2017: psychodrame pour la tête de liste 2018

Karim Fadoul, "Schaerbeek: les sages du PS choisissent Matthieu Degrez comme tête de liste", RTBF Info, 30 novembre 2017

Résultats aux élections communales

Année voix  % sièges élu.e.s
1946[1] 19.875 10
1952[1] 23.854 12 Albert Van Brussel
1958[1] 23.252 12 Albert Van Brussel
1964 Raymond Juge[5], Albert Van Brussel, Léon Weustenraad[6]
1970 André Verhaegen[7], Albert Van Brussel
1971
(Agglomération)
PSB-BSP: 9.177
Rode Leeuwen:1.737
13,58%
2,57%
1976 (PS)[8] 7.702 12,63 6/47 André Verhaegen[9], Albert Van Brussel
1982 (PS-SP)[10] 5.672 11,58 6/47 Guy Lalot (2.113 voix), Albert Van Brussel
1988 (PS-SP)[11] 5.762[12] 13,09% 6 Guy Lalot (2.378 voix), Joseph Noeth (207), Arlette Carlier (186), Alphonse Permantier (136), Maurice Vijverman (355), Guy Pipart (274)[13] [14]
1994 (PS[15]) 3.306 8,24 4 Sfia Bouarfa (357 voix), Eddy Courthéoux (246), Anne Deroyer (171), Roland De Linge (165, devient échevin de l'Instruction publique)[16]
2000[17] [18] 4.909 11,75 5[19] Alain Hutchinson[20], Sfia Bouarfa, Mohamed Lahlali, Roland De Linge[21], Marie-Anne Kleykens, Eddy Courtheoux[22] , Abdallah M'rabet[23]
2006 (PS-SP.A)[17] 12.843 25,16 13 Laurette Onkelinx, Eddy Courtheoux, Sfia Bouarfa, Jean-Pierre Van Gorp, Mohamed Lahlali, Emin Özkara, Derya Aliç, Mohammed Ramdani, Abobakre Bouhjar, Ibrahim Dönmez, Tülay Nalbant, Murat Denizli[24], Abdelkrim Ayad, Bernadette Vriamont (SP.A[25])
2012 (PS-SP.A)[26] 12.858 25,07 13 Laurette Onkelinx, Yves Goldstein, Catherine Moureaux, Emin Özkara, Jean-Pierre Van Gorp[27], Jamila Sanhayi, Abobakre Bouhjar, Derya Aliç, Ibrahim Dönmez, Halis Kökten[28], Hasan Koyuncu, Döne Sönmez, Mohamed Lahlali[29], Bernadette Vriamont (SP.A[30])

Sources

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Robert Abs, Bruxelles (1885-1985. Histoire des Fédérations), Bruxelles, Présence et action culturelle, 1985
  2. voir aussi Christian Du Brulle, "Guy Lalot en cavale dans les Caraïbes", Le Soir, 20 janvier 1998, et François Robert et René Breny, " Schaerbeek Après une cavale de cinq ans, l'ex-conseiller régional a été arrêté au Mexique Guy Lalot est sous les verrous à Forest", Le Soir, 20 février 2002
  3. Belga, "Noeth à la tête du PS schaerbeekois", Le Soir, 27 octobre 1989
  4. Rapport administratif de la Fédération bruxelloise du PS pour le congrès du 14 mars 1991, p.9
  5. qui passe au FDF aux communales de 1970, devenant 8ème sur la liste de Roger Nols, cf. CRISP 1970
  6. il ralliera Nols en 1970, et sera échevin de 1971 à 1992, puis brièvement bourgmestre en 1989-1992, cf. François Robert, "L'ancien bourgmestre Léon Weustenraad est mort, samedi. Schaerbeek perd un humaniste", Le Soir, 20 septembre 1993
  7. François Robert, "Le nouvel échevin schaerbeekois hérite de l'intégration. André Verhaegen croit au consensus", Le Soir, 7 février 1992
  8. Résultats officiels 1976
  9. rejoint le FDF de Roger Nols aussitôt après les élections, puis quitte le FDF en 1988 en même temps que Nols
  10. Résultats officiels 1982
  11. Résultats officiels 1988
  12. + une liste "AVB" menée par Albert Van Brussel "ancien échevin, conseiller communal depuis 1952, (...) allergique à tout ce qui pourrait ressembler, même de loin, à du «Lalonols-socialisme»"; cette liste complète n'obtint aucun élu avec ses 557 voix (1,27%)
  13. ancien échevin de la jeunesse de N.O.L.S.
  14. "Les 667 élus de l'agglomération... et leurs voix de préférence", Le Soir, 20 octobre 1988
  15. Le SP s'était présenté sur une liste de cartel avec IDS (Initiatives pour le développement de Schaerbeek), un groupe de FDF dissidents mené par Georges Verzin, futur PS, puis MR, les 2 élus de cette liste furent des IDS
  16. "Schaerbeek [résultats des communales]", Le Soir, 12 octobre 1994
  17. 17,0 et 17,1 Résultats officiels 2000 et 2006
  18. P.Y. Lambert, "Les élections communales de 2006 à Schaerbeek", Suffrage Universel, 2006 (écrit plusieurs mois avant les élections)
  19. il s'agit du nombre d'élu, celui des conseillers fluctuera au cours du mandat; Roland De Linge quitta le PS après que Mohamed Lahlali lui eût été préféré pour devenir échevin de l'instruction publique, mais plus tard Emin Özkara, élu sur la Liste du Bourgmestre, rejoignit le PS, de même que Mohammed Ramdani, élu PSC, ainsi que des conseillers CPAS ex-Ecolo, ex-MR, ex-Liste du Bourgmestre
  20. ancien échevin à Saint-Gilles, parachuté à Schaerbeek en vue des élections communales
  21. "Schaerbeek. Chassé-croisé de transfuges", Le Soir, 20 janvier 2001
  22. à partir de septembre 2003, à la suite de la démission de Roland De Linge, cf. François Robert, "Schaerbeek. Eddy Courthéoux, conseiller communal", Le Soir, 11 septembre 003
  23. à partir du 17 avril 2005, en remplacement d'Alain Hutchinson, cette fois parachuté à Watermael-Boitsfort
  24. élu, mais ne prêta jamais serment, cet élu membre des Loups gris était fictivement domicilié au-dessus de son snack et habitait en réalité une autre commune
  25. appelée à siéger dès le premier conseil communal en remplacement de Murat Denizli
  26. Résultats officiels 2012
  27. ex-FDF, ex-N.O.L.S.
  28. ex-CDH, ex-FDF, exclu du PS en 201?
  29. démissionne en ? pour retourner vivre au Maroc après avoir pris sa retraite professionnelle
  30. appelée à siéger après la démission de M. Lahlali
Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils