Parlementaires belges d'origine non-européenne

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Électeurs, candidats et élus d'origine non-européenne en Belgique
Parlementaires - Bourgmestres, échevins et présidents de CPAS
Élections communales belges de 1994 - 2000 - 2006 - 2012 - en Région bruxelloise - Élections étrangères en Belgique
Élus d'origine algérienne - assyrienne - iranienne - pakistanaise
Candidats d'origine non-européenne du Vlaams Belang
Partis musulmans en Belgique - Candidates et élues musulmanes voilées - Appels aux électeurs musulmans
Tentatives d'autonomisation politique des allochtones en Belgique - Profils des électeurs par origine nationale ou par religion - Bibliographie
modifier
La première parlementaire belge d'origine non-européenne fut, en 1989, la conseillère régionale bruxelloise Maria Nagy Patino, d'origine colombienne.

Les trois premiers parlementaires belges d'origine maghrébine furent, en 1995, les députés régionaux bruxellois Sfia Bouarfa, Mohamed Daïf, Mostafa Ouezekhti et Mahfoudh Romdhani, suivis en février 1999 du député fédéral Chokri Mahassine, suppléant appelé à siéger pour quelques mois en fin de mandat. M. Ouezekhti a achevé son dernier mandat parlementaire en 2004, M. Romdhani en 2009, M. Daïf, S. Bouarfa et C. Mahassine en 2014. Le député Ouezekhti a quitté au cours de son premier mandat son parti pour un autre; la députée Bouarfa a quitté son parti politique initial et a appelé à voter pour un autre en fin de mandat, sans pour autant y adhérer.

Trois des cinq premiers parlementaires, nés au Maroc (Bouarfa, 1950, Daïf, 1956) ou en Tunisie (Romdhani, 1946), ont été politisés dans leur pays d'origine avant d'arriver en Belgique comme adolescent ou jeunes adultes (Romdhani à 22 ans en 1969 pour suivre des études, comme Bouarfa à 20 ans en 1971; Daïf à 17 ans en 1974 pour rejoindre son père); M. Ouezekhti, né au Maroc en 1959, est arrivé en Belgique à l'âge de 3 ans; C. Mahassine, né en 1960 au Maroc (Casablanca) est arrivé en Belgique en 1965.

A noter que sur ces quatre précurseurs, trois (Bouarfa, Daïf et Ouezekhti) ont tenté à l'âge adulte un retour dans leur pays d'origine, le Maroc, avant de revenir quelques années plus tard s'établir en Belgique.

Après cette première vague de parlementaires d'origine maghrébine, ce fut le tour de Turcs en 1999 et en 2001, d'abord uniquement côté flamand (les sénatrices Meryem Kaçar, élue en 1999, et Fatma Pehlivan, cooptée en 2001), puis d'Africains subsahariens en 2004 (les députés régionaux bruxellois Bertin Mampaka et Bea Diallo, et la députée régionale wallonne et sénatrice Joëlle Kapompole).

Le député Mampaka, arrivé en Belgique en 1970 à l'âge de 13 ans, est le fils d'un ancien député congolais (RDC) et a lui-même d'abord exercé des responsabilités dans la section belge d'un parti de son pays d'origine (à l'instar de M. Romdhani), son collègue Diallo, arrivé en Belgique en 1985 à l'âge de 15 ans, est le fils d'un diplomate guinéen proche du pouvoir sous la dictature de Sekou Touré et a envisagé en 2010 de se présenter à l'élection présidentielle en Guinée, il a même créé àl'époque le Mouvement pour une Guinée nouvelle. La sénatrice Kapompole est quant à elle née au Congo (RDC) de père rwandais et de mère congolaise en 1971, et arrivée en Belgique avec celle-ci à l'âge de deux ans.

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils