Mustafa Öztürk

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Électrices et électeurs, candidat.e.s et élu.e.s d'origine étrangère ou binationales.aux en Belgique

Élections communales de 1994 - 2000 - 2006 - 2012 - 2018 - dans des communes spécifiques
Tractothèque (photos d'affiches, tracts scannés etc.)
Élections en Région bruxelloise - Autres élections
Tentatives d'autonomisation politique des allochtones en Belgique - Partis musulmans en Belgique - Profils des électeurs par origine nationale ou par religion
Bibliographie
Résultats officiels - Électeurs.trices étrangers.ères
modifier

Mustafa Öztürk, né le 7 avril 1949 à Adana (Turquie), est un homme politique turco-belge.

Il a été conseiller communal (PRL, puis MR-PRL) à Schaerbeek, élu en 2000 et réélu en 2006 sur la Liste du bourgmestre Bernard Clerfayt (FDF, puis MR-FDF, puis FDF). Il ne s'est plus présenté en 2012, dans un contexte de division de la section locale de son parti entre "clerfaytistes" et légitimistes suivant les consignes du MR après le départ du FDF de cette fédération[1].

Son père, "Ahmet le mauvais" (Kötü Ahmet), est considéré par la légende locale (qui semble reposer sur la réalité) comme "le premier immigré turc à Schaerbeek provenant d'Emirdag", plus précisément en 1963 du bourg de Karacalar, via Istanbul où il avait déjà émigré auparavant[2] [3] [4].

Matériel électoral de 2000
source: Tractothèque
Cliquer sur les vignettes pour les agrandir

"En 2000 lors des élections locales, j’ai eu une proposition de la part de quelques Turcs qui voulait que je sois candidat. De la part de EYAD-Maison de la Turquie, une asbl qui m’a proposé d’être candidat et j’ai accepté. On m’a alors demandé quel parti je choisissais et j’ai répondu les libéraux[5]."
Ozturklobbie.jpg
Il est l'auteur[6] d'un opuscule de 159 pages publié à Istanbul en 2005, intitulé Le pouvoir du lobbie: les massacres perpétrés par les Arméniens en Asie Mineure, Chypre et en Azerbaidjan, publié par la "Fondation de recherches historique, Centre de recherches", dans lequel il a développé la thèse du génocide des Turcs par les Arméniens[7]. Lors d'une conférence de l'historien négationniste Yusuf Halaçoglu en 2007, Mustafa Öztürk déclare "J'ai également lu la définition du génocide et sur base du texte juridique, je pense effectivement qu'il est non seulement faux de parler d'un génocide à propos des Turcs mais qu'en plus, après l'étude des documents, on peut vraiment parler d'un génocide perpétré par les Arméniens sur les populations turques."[5].

Matériel électoral de 2006
source: Tractothèque
Cliquer sur les vignettes pour les agrandir

En octobre 2006, Mustafa Öztürk est à nouveau candidat MR sur la Liste du bourgmestre Clerfayt (MR-FDF), et il est réélu alors que le président de son parti, Didier Reynders, avait déclaré en juin 2006

"Je suis fatigué des arguties. Ce que je demande, c'est que l'on cherche la meilleure manière de reconnaître le génocide et de sanctionner sa négation. Et j'ai parfois le sentiment qu'on cherche l'inverse : surtout ne pas affronter le débat, sous divers prétextes juridiques. Il faut reconnaître que nous avons tous, dans nos formations politiques respectives, des personnes qui posent problème par leur attitude à l'égard des Arméniens. Pour ma part, je saisis le Conseil d'arbitrage du MR. Je ne peux pas imaginer que des militants ou des mandataires tiennent des propos ou diffusent des écrits qui soient clairement négationnistes. Et je n'ai pas besoin du droit pénal, en tant que président, pour faire le ménage."[8]
Belgelerle1915.png
En 2009, il publie un deuxième ouvrage négationniste, en turc cette fois, Belgelerle 1915 « Ermeni meselesi » (1915 avec les documents – « La question arménienne ») aux éditions Bilge Karinca Yayinlari en Turquie (ISBN 9786055640)[9].

Mustafa Öztürk a aussi fait voter par l'Association libérale schaerbeekoise une motion demandant l'interdiction des "partis séparatistes", sur le modèle de la législation turque.

Suite au départ du FDF de la confédération MR et à la décision d'une partie des élus MR schaerbeekois de se représenter sur la liste Clerfayt en 2012, entraînant leur exclusion collective, Mustafa Öztürk a préféré ne pas choisir entre les "dissidents" et les "officiels" et n'a plus été candidat.

Cela n'a pas empêché le conseil communal de lui octroyer des mandats dans des associations paracommunales comme l'Agence Schaerbeekoise Immobilière Sociale (Asis) dont il est devenu membre du conseil d'administration en 2014[10]

Sources

  1. en résumé, le FDF a quitté le 25 septembre 2011 la fédération MR, laquelle a interdit à ses membres d'être candidats aux communales de 2012 sur des listes menées par des bourgmestres FDF, donc à Schaerbeek, Woluwe-Saint-Lambert et Auderghem, et a exclu ceux qui ont bravé l'interdiction, soit la majorité de la section MR/libérale chaerbeekoise
  2. Ayfer Erkül, "Hoe Slechte Ahmet de Turken naar Schaarbeek leidde", De Morgen, 24 juillet 1999
  3. Ayfer Erkül, "Slechte Ahmet is terug", De Morgen, 14 octobre 2000
  4. "Herşeyi Kötü Ahmet Başlattı", www.emirdag.gen.tr Emirdağ'ın Yaşam Platformu, 2 février 2012
  5. 5,0 et 5,1 Mehmet Koksal, "Belgique: Une conférence négationniste avec la participation des mandataires PS, CDH, MR et CD&V", Humeur allochtone, 15 février 2007
  6. ou plutôt son nom figure comme auteur sur la couverture, il a écrit une dizaine de pages tout au plus, le reste ne sont que des annexes
  7. Mehmet Koksal, "Un conseiller MR publie sa vérité sur le génocide arménien", Suffrage Universel, 7 avril 2005
  8. Ricardo Gutiérrez, "Négationnisme - Le vice-Premier et président du MR réplique au PS qui a renvoyé à plus tard l'examen de la loi au Sénat. Reynders déterre le génocide arménien", Le Soir, 11 juin 2006
  9. Mehmet Koksal, "Un conseiller communal MR publie un nouveau livre négationniste", Parlemento.com, 29 août 2009
  10. cf.Moniteur belge, 5 novembre 2014, Moniteur belge, 8 septembre 2016
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils