Mostafa Ouezekhti : Différence entre versions

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
(Bibliographie)
(14 révisions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
{{belgique}}
 
{{belgique}}
Mostafa Ouezekhti, né à Tanger en 1959, est un cadre bancaire et un homme politique belge.
+
Mostafa Ouezekhti, né à Tanger en 1959, est un cadre bancaire et un homme politique belge, parlementaire régional bruxellois de 1995 à 2004.
 
 
''voir aussi [http://suffrage-universel.be/be/ouezekhti.htm les archives de Suffrage Universel]''
 
  
 
==Vie politique==
 
==Vie politique==
 
===1992: adhésion à Ecolo===
 
===1992: adhésion à Ecolo===
Après l'échec de sa tentative de retour au Maroc en famille (1989-1992), il revient en Belgique, puis adhère à Ecolo en 1992, quoique "pas vraiment environnementaliste", ainsi qu'il le reconnaît dans une interview publiée en 2008 dans ''Jeune Afrique''<ref name="hagry">Emmanuel Hagry, "[http://web.archive.org/web/20190605120933/https://www.jeuneafrique.com/129599/archives-thematique/mostafa-ouezekhti/?nocookies Mostafa Ouezekhti]", ''Jeune Afrique'', 5 mai 2008</ref> ou, plus cyniquement dans une interview donnée au Soir dès 1995, alors qu'il venait d'être élu "J'avais fait une étude de marché des programmes politiques en 91 et Écolo me permet de m'épanouir sans contrainte<ref>Michelle Lamensch, "[http://web.archive.org/web/20190605174739/https://www.lesoir.be/art/quatre-conseillers-issus-de-l-immigration-ont-fait-leur_t-19950608-Z09M4V.html?noCookies=1 Quatre conseillers issus de l'immigration ont fait leur entrée au parlement bruxellois. La vie est belge et c'est ici qu'elle se passe]", ''Le Soir'', 8 juin 1995</ref>". Pourtant, dans une interview parue en 2000 dans l'hebdomadaire "Le Journal du mardi", il déclarait "J'ai milité pendant douze ans à Écolo, bien avant de me présenter aux élections. Mon choix pour les Verts était mûrement réfléchi et je ne regrette rien. J'ai eu une "enfance" politique heureuse à Écolo. À l'époque, c'était le seul parti qui pouvait me permettre de travailler efficacement. Et qui répondait à mon positionnement sociétal<ref>Claude Demelenne, "[http://web.archive.org/web/20010409135059/http://www.tribal.be/jds/site/ViewArticle.php?id=14&CurrentRubrique=TITRES&table=articles Mostafa Ouezekhti, député PRL]", ''Le Journal du samedi'', 6 décembre 2000</ref>.".
+
Après l'échec d'un tentative de retour au Maroc en famille (1989-1992), ce cadre bancaire né au Maroc mais venu en Belgique avec ses parents à l'âge de 4 ans revient à Bruxelles, puis adhère à Ecolo quelques mois plus tard en 1992, quoique "pas vraiment environnementaliste", ainsi qu'il le reconnaît dans une interview publiée en 2008 dans ''Jeune Afrique''<ref name="hagry">Emmanuel Hagry, "[http://web.archive.org/web/20190605120933/https://www.jeuneafrique.com/129599/archives-thematique/mostafa-ouezekhti/?nocookies Mostafa Ouezekhti]", ''Jeune Afrique'', 5 mai 2008</ref>. Il précise, plus cyniquement, dans une interview donnée au Soir dès 1995, alors qu'il venait d'être élu; "J'avais fait une étude de marché des programmes politiques en 91 et Écolo me permet de m'épanouir sans contrainte<ref>Michelle Lamensch, "[http://web.archive.org/web/20190605174739/https://www.lesoir.be/art/quatre-conseillers-issus-de-l-immigration-ont-fait-leur_t-19950608-Z09M4V.html?noCookies=1 Quatre conseillers issus de l'immigration ont fait leur entrée au parlement bruxellois. La vie est belge et c'est ici qu'elle se passe]", ''Le Soir'', 8 juin 1995</ref>". Pourtant, dans une interview parue en 2000 dans l'hebdomadaire "Le Journal du mardi", il déclarait "J'ai milité pendant douze ans à Écolo, bien avant de me présenter aux élections. Mon choix pour les Verts était mûrement réfléchi et je ne regrette rien. J'ai eu une "enfance" politique heureuse à Écolo. À l'époque, c'était le seul parti qui pouvait me permettre de travailler efficacement. Et qui répondait à mon positionnement sociétal<ref>Claude Demelenne, "[http://web.archive.org/web/20010409135059/http://www.tribal.be/jds/site/ViewArticle.php?id=14&CurrentRubrique=TITRES&table=articles Mostafa Ouezekhti, député PRL]", ''Le Journal du samedi'', 6 décembre 2000</ref>.".
  
 
===1995: élu député régional Ecolo===
 
===1995: élu député régional Ecolo===
Dès 1993-1994 il est assuré par certaines responsables bruxellois d'Ecolo qu'il disposera d'une place éligible, dans les dix premiers, sur la liste de ce parti aux élections régionales de 1995, il refuse d'être candidat aux communales de 1994. Lors de l'assemblée générale d'Ecolo qui doit désigner les candidats de 1995, il est en compétition avec Abdellah Dougna, travailleur social et délégué syndical déjà tête de liste aux communales à Saint-Gilles en 1994, qui est battu et, déçu, quitte Ecolo pour un rassemblement plus à gauche, [[Gauche unie (Belgique)|Gauche unie]].
+
Dès 1993-1994 il est assuré par plusieurs responsables bruxellois d'Ecolo qu'il disposera d'une place éligible, dans les dix premiers, sur la liste de ce parti aux élections régionales de 1995, il refuse d'être candidat aux communales de 1994<ref name="pyl">source: Pierre-Yves Lambert, membre de la commission Immigration-Citoyenneté d'Ecolo de 1993 à 1997</ref>.  
 +
 
 +
Lors de l'assemblée générale de la Régionale bruxelloise d'Ecolo qui doit désigner les 10 premiers candidats aux élections régionales de 1995, il est en compétition avec Abdellah Dougna, travailleur social et délégué syndical déjà tête de liste aux communales à Saint-Gilles en 1994. Dougna est battu et, déçu, quitte Ecolo pour un rassemblement plus à gauche, [[Gauche unie (Belgique)|Gauche unie (GU)]], il quitte la scène politique après l'échec électoral de GU<ref name="pyl"/>.
 +
 
 +
Ouezekhti, n°6 sur la liste Ecolo, est élu député régional avec 1.492 voix, le quatrième score de la liste où les campagnes personnelles étaient à l'époque bannies.
  
 
===1998: passage au PRL===
 
===1998: passage au PRL===
 
En mars 1998, il passe avec son mandat de député régional d'Ecolo au PRL, un parti qui avait encore refusé aux dernières élections régionales (1995) l'idée d'insérer un.e candidat.e d'origine non-européenne sur son quota de la liste PRL-FDF (où figurait le conseiller communal Khalil Zeguendi, encore FDF)<ref>Marc Vanesse, "[http://web.archive.org/web/20190605163842/https://www.lesoir.be/art/%252Fmostafa-ouezekhti-rejoint-le-prl-fdf-un-depute-ecolo-pa_t-19980314-Z0EZMQ.html?noCookies=1 Mostafa Ouezekhti rejoint le PRL-FDF. Un député Ecolo passe au bleu]", ''Le Soir'', 14 mars 1998</ref>. Il devient rapidement un des vice-présidents du PRL, et l'année suivante il est réélu sur la liste PRL-FDF aux régionales, mais uniquement parce que placé très haut sur la liste, bénéficiant du "[[vote de préférence en Belgique|pot commun]]". Par la suite, selon des déclarations faites dans une interview en 2008, la direction du PRL aurait refusé de "placer un Arabe" à la tête du Parlement de la communauté française de Belgique"<ref name="hagry"/>.
 
En mars 1998, il passe avec son mandat de député régional d'Ecolo au PRL, un parti qui avait encore refusé aux dernières élections régionales (1995) l'idée d'insérer un.e candidat.e d'origine non-européenne sur son quota de la liste PRL-FDF (où figurait le conseiller communal Khalil Zeguendi, encore FDF)<ref>Marc Vanesse, "[http://web.archive.org/web/20190605163842/https://www.lesoir.be/art/%252Fmostafa-ouezekhti-rejoint-le-prl-fdf-un-depute-ecolo-pa_t-19980314-Z0EZMQ.html?noCookies=1 Mostafa Ouezekhti rejoint le PRL-FDF. Un député Ecolo passe au bleu]", ''Le Soir'', 14 mars 1998</ref>. Il devient rapidement un des vice-présidents du PRL, et l'année suivante il est réélu sur la liste PRL-FDF aux régionales, mais uniquement parce que placé très haut sur la liste, bénéficiant du "[[vote de préférence en Belgique|pot commun]]". Par la suite, selon des déclarations faites dans une interview en 2008, la direction du PRL aurait refusé de "placer un Arabe" à la tête du Parlement de la communauté française de Belgique"<ref name="hagry"/>.
 +
 +
===1999: réélection, sur la liste PRL-FDF===
 +
Dixième sur la liste PRL-FDF, Mostafa Ouezekhti a remporté 2.465 voix de préférence.
  
 
===2000: tentative avortée de participation aux élections communales===
 
===2000: tentative avortée de participation aux élections communales===
En 2000, il habite Bruxelles et a une place déjà réservée sur la liste PRL-FDF dans cette commune, mais il se domicilie quelques mois avant les élections à Schaerbeek en vue de s'y présenter sur la liste de Daniel Ducarme. Le partenaire FDF y met son veto, et il doit finalement se contenter d'être coopté au conseil du CPAS début 2001<ref>Karim Fadoul, "[http://web.archive.org/web/20190605120756/https://www.dhnet.be/archive/ouezekhti-prend-du-recul-51b80e66e4b0de6db99d9723 Ouezekhti prend du recul]", ''La Dernière Heure'', 29 septembre 2005</ref>.
+
En 2000, il habite Bruxelles et a une place déjà réservée sur la liste PRL-FDF dans cette commune, mais il se domicilie quelques mois avant les élections à Schaerbeek en vue de s'y présenter sur la liste de Daniel Ducarme. Le partenaire FDF y met son veto, mais également la section locale du PRL, et il doit finalement se contenter d'être coopté au conseil du CPAS début 2001<ref>cf. [http://web.archive.org/web/20160807220131/http://suffrage-universel.be/be/ouezekhti00.htm divers articles rédigés à l'époque dans ''La Dernière Heure'' par Karim Fadoul]</ref><ref>Karim Fadoul, "[http://web.archive.org/web/20190605120756/https://www.dhnet.be/archive/ouezekhti-prend-du-recul-51b80e66e4b0de6db99d9723 Ouezekhti prend du recul]", ''La Dernière Heure'', 29 septembre 2005</ref>. Il joue également un rôle dans des tentatives de débauchage d'élus d'origine marocaine d'autres partis pour le compte du MR, Mohamed El Arnouki (Ecolo) à Schaerbeek, qui renoncera finalement<ref>voir une [http://web.archive.org/web/20090620032339/http://www.suffrage-universel.be:80/be/arnouki.htm revue de presse de cette affaire]</ref>, mais partira six ans plus tard au cdH, et Mostafa Bentaha et Hassan Mokhtari (PS) à Forest, qui rejoindront le MR<ref>Pierre-Yves Lambert, "[http://web.archive.org/web/20160731111111/http://suffrage-universel.be/be/mokhtari.htm Hassane Mokhtari et Mostafa Bentaha - le méli-mélo forestoi]s", ''Suffrage Universel'', février 2001</ref>.
 +
 
 +
===2003: candidature à la Chambre===
 +
Alors qu'il est encore député régional, il figure en 2003 à la dixième place sur la liste du MR à la Chambre dans l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, mais il n'est alors plus le seul libéral d'origine marocaine, l'avocat [[Mustapha El Karouni]] est candidat sur la même liste en septième position, et [[Jihane Annane]] sur celle des suppléant.e.s dans la circonscription francophone au Sénat. Seule cette dernière sera d'ailleurs finalement appelée à siéger, en 2004, malgré son faible score<ref>9.664 voix, dont 2.522 dans la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le plus bas de toute la liste, cf. [http://web.archive.org/web/20031007201256/http://elections2003.belgium.be/electionshome/fr/preferred/senate/preferred_p2205_e3058.html Résultats officiels avec voix de préférence de la liste MR au Sénat en 2003]</ref>. Aucun des deux candidats à la Chambre n'est élu, Ouezekhti obtient 3.375 voix (17ème effectif en voix) et El Karouni 4.534 (12ème effectif en voix). La candidate FDF [[Souad Razzouk]], 14ème sur la même liste, dépasse même Ouezekhti avec ses 3.522 voix (16ème effective en voix<ref>[http://web.archive.org/web/20030609233959/http://elections2003.belgium.be/electionshome/fr/preferred/chamber/preferred_p2205_e3018.html Résultats officiels avec voix de préférence de la liste MR à la Chambre pour Bruxelles-Hal-Vilvorde en 2003]</ref>).
  
 
===2004: échec électoral===
 
===2004: échec électoral===
Il se représente une deuxième fois sur la liste PRL-FDF, devenue MR, aux élections régionales de 2004 mais à une place moins favorable et n'arrive pas à se faire élire par ses propres voix de préférence, dépassé par d'autres candidat.e.s placés plus loin qui le dépassent.  
+
Il se représente une deuxième fois sur la liste PRL-FDF, devenue MR, aux élections régionales de 2004 mais à une place moins favorable et n'arrive pas à se faire élire par ses propres voix de préférence, dépassé en voix par d'autres candidat.e.s placé.e.s plus loin.  
  
 
En 2005, encore formellement un des vice-présidents de son parti, il exclut dans une interview à ''La Dernière Heure'' d'encore se présenter à des élections communales (en 2006) et trois ans plus tard, un autre journaliste qui l'interviewe pour Jeune Afrique écrit cette fois "Vraiment fini la politique ? Mostafa Ouezekhti jure ses grands dieux qu’il ne s’y aventurera plus."<ref name="hagry"/>.
 
En 2005, encore formellement un des vice-présidents de son parti, il exclut dans une interview à ''La Dernière Heure'' d'encore se présenter à des élections communales (en 2006) et trois ans plus tard, un autre journaliste qui l'interviewe pour Jeune Afrique écrit cette fois "Vraiment fini la politique ? Mostafa Ouezekhti jure ses grands dieux qu’il ne s’y aventurera plus."<ref name="hagry"/>.
 +
 +
===Résultats électoraux===
 +
{| class="wikitable" width="75%"
 +
! élection
 +
! parti
 +
! place
 +
! voix
 +
! score
 +
! élu
 +
|-
 +
| 1995 (régionale)
 +
| Ecolo
 +
| 6
 +
| 1.492
 +
| 4
 +
| oui
 +
|-
 +
| 1999 (régionale)
 +
| PRL-FDF
 +
| 10
 +
| 2.465
 +
| 24
 +
| oui
 +
|-
 +
| 2003 (chambre)
 +
| MR
 +
| 10
 +
| 3.025<ref>addition de ses voix dans les cantons bruxellois uniquement</ref>
 +
| -
 +
| non
 +
|-
 +
| 2004 (régionale)
 +
| MR
 +
| 18
 +
| 1.472
 +
| 32
 +
| non
 +
|}
  
 
==Vie professionnelle==
 
==Vie professionnelle==
Avant et après son mandat politique, il a exercé diverses fonctions dans le secteur bancaire en Belgique, au Maroc et au Rwanda<ref name="hagry"/>. Il a été expulsé de ce dernier pays en 2015 alors qu'il était PDG de la COGEBANK pour "des activités contraires à celles qui étaient inscrites sur son permis de résidence", le site médiatique rwandais IGIHE précisant qu'il était "soupçonné d’activités politiques ténébreuses", accusé par des membres du personnel "d’avoir chassé de leurs fonctions 9 chefs de département dans des circonstances obscures<ref>"[http://web.archive.org/web/20171206160639/http://www.newtimes.co.rw/section/read/192520/ Cogebanque boss ordered to leave country]", ''The New Times'', 14 septembre 2015</ref> <ref>"[http://web.archive.org/web/20190605073307/http://fr.igihe.com/l-investisseur/le-pdg-de-cogebank-prie-de-plier-bagages-dans-24 Le PDG de COGEBANK prié de plier bagages dans 24 heures]", ''IGIHE'', 13 septembre 2015</ref>".
+
Avant et après son mandat politique, il a exercé diverses fonctions dans le secteur bancaire en Belgique, au Maroc et au Rwanda<ref name="hagry"/>. Il a été expulsé de ce dernier pays en 2015 alors qu'il était PDG de la COGEBANK pour "des activités contraires à celles qui étaient inscrites sur son permis de résidence", le site médiatique rwandais IGIHE précisant qu'il était "soupçonné d’activités politiques ténébreuses", accusé par des membres du personnel "d’avoir chassé de leurs fonctions 9 chefs de département dans des circonstances obscures<ref>"[http://web.archive.org/web/20171206160639/http://www.newtimes.co.rw/section/read/192520/ Cogebanque boss ordered to leave country]", ''The New Times'', 14 septembre 2015</ref> <ref>"[http://web.archive.org/web/20190605073307/http://fr.igihe.com/l-investisseur/le-pdg-de-cogebank-prie-de-plier-bagages-dans-24 Le PDG de COGEBANK prié de plier bagages dans 24 heures]", ''IGIHE'', 13 septembre 2015</ref>". Les articles de médias rwandais qui font mention de cette expulsion n'ont toutefois pas mentionné sa version des faits, aucun média belge n'en a jamais parlé.
 
<!-- P.V., "[http://web.archive.org/web/20190605164539/https://www.lalibre.be/actu/belgique/3-questions-a-mostafa-ouezekhti-51b88268e4b0de6db9a9d7b2 3 QUESTIONS À MOSTAFA OUEZEKHTI]", La Libre Belgique, 9 février 2004 (à propos du prince Philippe qui souhaiterait qu'un musulman soit parrain de son nouveau-né)
 
<!-- P.V., "[http://web.archive.org/web/20190605164539/https://www.lalibre.be/actu/belgique/3-questions-a-mostafa-ouezekhti-51b88268e4b0de6db9a9d7b2 3 QUESTIONS À MOSTAFA OUEZEKHTI]", La Libre Belgique, 9 février 2004 (à propos du prince Philippe qui souhaiterait qu'un musulman soit parrain de son nouveau-né)
 
-->
 
-->
Ligne 34 : Ligne 80 :
 
<references/>
 
<references/>
  
{{DEFAULTSORT:Ouezekhti}}
+
==Iconographie==
 +
<gallery>
 +
ouezekhti2003recto.jpg|2003
 +
ouezekhti2003verso.jpg|2003
 +
ouezekhti2003cocktail.jpg|2003
 +
ouezekhti2004recto.jpg|2004
 +
ouezekhti2004verso.jpg|2004
 +
</gallery>
 +
 
 +
==Bibliographie==
 +
Mostafa Ouezekhti (interrogé par Olivier Boruchowitch, rédacteur en chef de "Regards",la revue du Centre communautaire laïc juif), ''Le pouvoir d'agir - entretiens et réflexions autour de la responsabilité et de l'engagement politiques'', Editions Luc Pire, 1999 ISBN 978-2-930240-44-2
 +
 
 +
{{DEFAULTSORT:Ouezekhti,Mostafa}}
 
[[Catégorie:Parlementaire d'origine marocaine]]
 
[[Catégorie:Parlementaire d'origine marocaine]]
[[Catégorie:Parlementaire régional(e) belge d'origine non-européenne]]
+
[[Catégorie:Membre d'origine non-européenne du Parlement bruxellois]]
{{chantier}}
 

Version du 9 février 2020 à 19:43

Électrices et électeurs, candidat.e.s et élu.e.s d'origine étrangère ou binationales.aux en Belgique
en Région de Bruxelles-Capitale - en Flandre - en Wallonie
Tractothèque (photos d'affiches, tracts scannés etc.) - Bibliographie - Résultats officiels des élections
modifier

Mostafa Ouezekhti, né à Tanger en 1959, est un cadre bancaire et un homme politique belge, parlementaire régional bruxellois de 1995 à 2004.

Vie politique

1992: adhésion à Ecolo

Après l'échec d'un tentative de retour au Maroc en famille (1989-1992), ce cadre bancaire né au Maroc mais venu en Belgique avec ses parents à l'âge de 4 ans revient à Bruxelles, puis adhère à Ecolo quelques mois plus tard en 1992, quoique "pas vraiment environnementaliste", ainsi qu'il le reconnaît dans une interview publiée en 2008 dans Jeune Afrique[1]. Il précise, plus cyniquement, dans une interview donnée au Soir dès 1995, alors qu'il venait d'être élu; "J'avais fait une étude de marché des programmes politiques en 91 et Écolo me permet de m'épanouir sans contrainte[2]". Pourtant, dans une interview parue en 2000 dans l'hebdomadaire "Le Journal du mardi", il déclarait "J'ai milité pendant douze ans à Écolo, bien avant de me présenter aux élections. Mon choix pour les Verts était mûrement réfléchi et je ne regrette rien. J'ai eu une "enfance" politique heureuse à Écolo. À l'époque, c'était le seul parti qui pouvait me permettre de travailler efficacement. Et qui répondait à mon positionnement sociétal[3].".

1995: élu député régional Ecolo

Dès 1993-1994 il est assuré par plusieurs responsables bruxellois d'Ecolo qu'il disposera d'une place éligible, dans les dix premiers, sur la liste de ce parti aux élections régionales de 1995, il refuse d'être candidat aux communales de 1994[4].

Lors de l'assemblée générale de la Régionale bruxelloise d'Ecolo qui doit désigner les 10 premiers candidats aux élections régionales de 1995, il est en compétition avec Abdellah Dougna, travailleur social et délégué syndical déjà tête de liste aux communales à Saint-Gilles en 1994. Dougna est battu et, déçu, quitte Ecolo pour un rassemblement plus à gauche, Gauche unie (GU), il quitte la scène politique après l'échec électoral de GU[4].

Ouezekhti, n°6 sur la liste Ecolo, est élu député régional avec 1.492 voix, le quatrième score de la liste où les campagnes personnelles étaient à l'époque bannies.

1998: passage au PRL

En mars 1998, il passe avec son mandat de député régional d'Ecolo au PRL, un parti qui avait encore refusé aux dernières élections régionales (1995) l'idée d'insérer un.e candidat.e d'origine non-européenne sur son quota de la liste PRL-FDF (où figurait le conseiller communal Khalil Zeguendi, encore FDF)[5]. Il devient rapidement un des vice-présidents du PRL, et l'année suivante il est réélu sur la liste PRL-FDF aux régionales, mais uniquement parce que placé très haut sur la liste, bénéficiant du "pot commun". Par la suite, selon des déclarations faites dans une interview en 2008, la direction du PRL aurait refusé de "placer un Arabe" à la tête du Parlement de la communauté française de Belgique"[1].

1999: réélection, sur la liste PRL-FDF

Dixième sur la liste PRL-FDF, Mostafa Ouezekhti a remporté 2.465 voix de préférence.

2000: tentative avortée de participation aux élections communales

En 2000, il habite Bruxelles et a une place déjà réservée sur la liste PRL-FDF dans cette commune, mais il se domicilie quelques mois avant les élections à Schaerbeek en vue de s'y présenter sur la liste de Daniel Ducarme. Le partenaire FDF y met son veto, mais également la section locale du PRL, et il doit finalement se contenter d'être coopté au conseil du CPAS début 2001[6][7]. Il joue également un rôle dans des tentatives de débauchage d'élus d'origine marocaine d'autres partis pour le compte du MR, Mohamed El Arnouki (Ecolo) à Schaerbeek, qui renoncera finalement[8], mais partira six ans plus tard au cdH, et Mostafa Bentaha et Hassan Mokhtari (PS) à Forest, qui rejoindront le MR[9].

2003: candidature à la Chambre

Alors qu'il est encore député régional, il figure en 2003 à la dixième place sur la liste du MR à la Chambre dans l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, mais il n'est alors plus le seul libéral d'origine marocaine, l'avocat Mustapha El Karouni est candidat sur la même liste en septième position, et Jihane Annane sur celle des suppléant.e.s dans la circonscription francophone au Sénat. Seule cette dernière sera d'ailleurs finalement appelée à siéger, en 2004, malgré son faible score[10]. Aucun des deux candidats à la Chambre n'est élu, Ouezekhti obtient 3.375 voix (17ème effectif en voix) et El Karouni 4.534 (12ème effectif en voix). La candidate FDF Souad Razzouk, 14ème sur la même liste, dépasse même Ouezekhti avec ses 3.522 voix (16ème effective en voix[11]).

2004: échec électoral

Il se représente une deuxième fois sur la liste PRL-FDF, devenue MR, aux élections régionales de 2004 mais à une place moins favorable et n'arrive pas à se faire élire par ses propres voix de préférence, dépassé en voix par d'autres candidat.e.s placé.e.s plus loin.

En 2005, encore formellement un des vice-présidents de son parti, il exclut dans une interview à La Dernière Heure d'encore se présenter à des élections communales (en 2006) et trois ans plus tard, un autre journaliste qui l'interviewe pour Jeune Afrique écrit cette fois "Vraiment fini la politique ? Mostafa Ouezekhti jure ses grands dieux qu’il ne s’y aventurera plus."[1].

Résultats électoraux

élection parti place voix score élu
1995 (régionale) Ecolo 6 1.492 4 oui
1999 (régionale) PRL-FDF 10 2.465 24 oui
2003 (chambre) MR 10 3.025[12] - non
2004 (régionale) MR 18 1.472 32 non

Vie professionnelle

Avant et après son mandat politique, il a exercé diverses fonctions dans le secteur bancaire en Belgique, au Maroc et au Rwanda[1]. Il a été expulsé de ce dernier pays en 2015 alors qu'il était PDG de la COGEBANK pour "des activités contraires à celles qui étaient inscrites sur son permis de résidence", le site médiatique rwandais IGIHE précisant qu'il était "soupçonné d’activités politiques ténébreuses", accusé par des membres du personnel "d’avoir chassé de leurs fonctions 9 chefs de département dans des circonstances obscures[13] [14]". Les articles de médias rwandais qui font mention de cette expulsion n'ont toutefois pas mentionné sa version des faits, aucun média belge n'en a jamais parlé.

Mandats exercés

  • 1995-1999, 1999-2004: député régional bruxellois
  • 2001-2006: conseiller CPAS à Schaerbeek

Notes

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Emmanuel Hagry, "Mostafa Ouezekhti", Jeune Afrique, 5 mai 2008
  2. Michelle Lamensch, "Quatre conseillers issus de l'immigration ont fait leur entrée au parlement bruxellois. La vie est belge et c'est ici qu'elle se passe", Le Soir, 8 juin 1995
  3. Claude Demelenne, "Mostafa Ouezekhti, député PRL", Le Journal du samedi, 6 décembre 2000
  4. 4,0 et 4,1 source: Pierre-Yves Lambert, membre de la commission Immigration-Citoyenneté d'Ecolo de 1993 à 1997
  5. Marc Vanesse, "Mostafa Ouezekhti rejoint le PRL-FDF. Un député Ecolo passe au bleu", Le Soir, 14 mars 1998
  6. cf. divers articles rédigés à l'époque dans La Dernière Heure par Karim Fadoul
  7. Karim Fadoul, "Ouezekhti prend du recul", La Dernière Heure, 29 septembre 2005
  8. voir une revue de presse de cette affaire
  9. Pierre-Yves Lambert, "Hassane Mokhtari et Mostafa Bentaha - le méli-mélo forestois", Suffrage Universel, février 2001
  10. 9.664 voix, dont 2.522 dans la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde, le plus bas de toute la liste, cf. Résultats officiels avec voix de préférence de la liste MR au Sénat en 2003
  11. Résultats officiels avec voix de préférence de la liste MR à la Chambre pour Bruxelles-Hal-Vilvorde en 2003
  12. addition de ses voix dans les cantons bruxellois uniquement
  13. "Cogebanque boss ordered to leave country", The New Times, 14 septembre 2015
  14. "Le PDG de COGEBANK prié de plier bagages dans 24 heures", IGIHE, 13 septembre 2015

Iconographie

Bibliographie

Mostafa Ouezekhti (interrogé par Olivier Boruchowitch, rédacteur en chef de "Regards",la revue du Centre communautaire laïc juif), Le pouvoir d'agir - entretiens et réflexions autour de la responsabilité et de l'engagement politiques, Editions Luc Pire, 1999 ISBN 978-2-930240-44-2
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils