Loups gris et politique belge

De Suffrage Universel
Révision datée du 21 janvier 2020 à 11:21 par Admin (discussion | contributions) (Page créée avec « Des militants des Loups gris se sont infiltrés avec des succès divers dans la politique locale de certaines communes<!-- aux Pays-Bas<ref>Ernst Haffmans, "[http://web.ar... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Des militants des Loups gris se sont infiltrés avec des succès divers dans la politique locale de certaines communes dès les élections communales de 2000 en Flandre[1].

Lors d'un meeting à Liège le 20 mai 2012, le président du MHP Devlet Bahçeli a clairement exposé sa vision du rôle des électeurs et des élus turcs en Belgique: "Représentez la nation turque dans les élections locales et nationales, et veillez aux intérêts de la Turquie et du pays dans lequel vous vivez."[2].

Candidat.es membres ou proches des Loups gris

Législatives fédérales de 2003

En 2003, le cdH présente au Sénat Bahtisen Yarol, la nièce d'un dirigeant des Loups gris belges, Zeki Yarol. Elle déclare toutefois publiquement que "ce ne sont pas les Loups Gris qui m'ont proposé pour la liste du cdH, c'est le consul de Turquie lui-même qui m'a présentée à Joëlle Milquet", à l'époque présidente du cdH[3]. Elle a été candidate à plusieurs reprises par la suite, mais n'a jamais été élue, même en 2012, alors qu'elle figurait en deuxième position sur la liste Ensemble (cartel MR-cdH) aux communales à Chapelle-lez-Herlaimont et que cette liste a obtenu 4 sièges, elle n'a obtenu que le huitième score et la quatrième suppléance[4] [5].

Communales et provinciales de 2006

Pendant les campagnes électorales, il n'est pas rare, même si ce n'est médiatisé que dans la sphère communautaire, de voir des candidats visiter les locaux d'organisations locales des Loups gris, comme ce fut le cas pour le PS à Schaerbeek aux communales de 2006[6] [7].

Un des responsables de la Federatie van Turks-Islamitische Cultuurverenigingen in België, Mesut Yücel, a siégé en 2006-2012 comme conseiller de district et conseiller provincial à Anvers pour le SP.A et, à partir de juin 2012, pour l'Open VLD. Il était candidat à la province et à la commune en 2012 mais n'a pas été élu, tout comme à la région en 2014.

Toujours à ces élections communales belges de 2006, deux dirigeants locaux de foyers idéalistes étaient candidats, Fuat Korkmazer sur la liste CD&V à Gand[8], qui a obtenu un score très faible, et Murat Denizli sur celle du PS à Schaerbeek, où il a été élu (après une forte médiatisation négative par les médias francophones pendant la campagne électorale) mais a aussitôt démissionné sur fond d'enquête pour faux domicile[9].

Mahinur Özdemir, conseillère communale cdH depuis 2006, députée régionale bruxelloise depuis 2009, est la fille d'un cadre des Loups gris, fait qui était bien connu des cadres locaux du cdH, Clotilde Nyssens et Denis Grimberghs, quand ils lui ont proposé d'être candidate. Des élus turcs du MHP étaient présents à son mariage religieux à Istanbul, aux côtés de politiciens de l'AKP, dont Recep Tayyip Erdogan, alors premier ministre. Son frère, Mustafa Alperen Özdemir, a été élu conseiller communal cdH à Saint-Josse en 2012, il a également travaillé comme conseiller en 2013-2014 dans le cabinet de Joëlle Milquet, à l'époque ministre fédérale de l'Intérieur.

En avril 2012, six mois avant les nouvelles élections communales, suite à l'annonce de la démission d'une élue communale CDH à Charleroi, il s'est avéré que le suppléant qui devait lui succéder, Mehmet Sahin, était un responsable des Loups gris locaux. L'intéressé a nié, mais il a été confondu par les publications officielles au Moniteur belge.

Communales et provinciales de 2018

La première polémique de 2018 au sujet de l'infiltration des Loups gris dans les partis politiques belges date de mai avec la participation d'élu.e.s SP.A, CD&V et Groen à une marche des Loups gris à Heusden-Zolder[10].

En septembre, un candidat Groen, ex-SP.A depuis peu, sur la liste Ecolo à Saint-Josse a suscité la polémique après que des photos issues de sa page Facebook aient été diffusées où il apparaissait faisant le signe des Loups gris, ou la main sur les épaules de personnes faisant le même signe. La tête de liste Ecolo, Zoé Genot, a annoncé qu'elle le maintenait quand même sur la liste.

Début octobre, en réaction au reportage sur l'infiltration de militant.e.s d'extrême droite de l'association Schild en Vrienden (voir plus haut) dans ses rangs (et dans une moindre mesure dans ceux d'autres partis flamands), la N-VA a diffusé un petit film sur YouTube pour dénoncer la présence sur les listes des autres partis de Loups gris[11][12]. Cela a été rapidement suivi de prises de position en sens divers des partis concernés, aucun n'écartant toutefois de candidat.e, c'était de toute façon techniquement impossible puisque les listes étaient déjà clôturées, seul le CD&V en a exclu une de ses rangs à Lokeren (voir ci-dessous). La N-VA a reconnu en fin de vidéo que les Loups gris réussissent à "mouiller" des candidat.e.s comme le président de la Chambre des Représentants Siegfried Bracke, lui-même candidat de ce parti à Gand[13]

  1. Be.one
  2. CD&V: Safiye Calinalti (Lokeren[14], qui a aussitôt reçu le soutien public de Meryem Kaçar, co-présidente du parti Be.one[15]), Hilâl Yalçin (présidente du CPAS de Beringen, ancienne députée fédérale, qui a déclaré que le MHP n’est pas un parti d’extrême droite ou fasciste, tel qu’il est souvent dépeint: « Il s’agit plutôt de la version turque de la N-VA »[10])
  3. Groen: Muhammet Oktay (échevin à Houthalen-Helchteren[10])
  4. Open VLD: Yahya Degirmenci (Lier[16])
  5. SP.A: Engin Özdemir (échevin à Heusden-Zolder[10])

Régionales et législatives fédérales de 2019

Participation d'élu.es belges à des happenings loups gris

Régulièrement, des élu.es belges, pas seulement des binationaux turco-belges, des principaux partis assistent à des événements organisés par des foyers idéalistes avec déploiement de bannières à l'image d'Alparslan Türkeş et avec les emblèmes facilement reconnaissables des Loups gris.

  1. Nezahat Namli (à l'époque PRL), échevine à Saint-Josse, Schaerbeek 2003[17]
  2. Alison De Clercq (PS), députée fédérale, et Jean-Pierre De Clercq (PS), député provincial du Hainaut, en mars 2006 à Monceau-sur-Sambre[18]
  3. Marino Keulen (Open VLD), ministre régional flamand de l'Intérieur à Beringen en décembre 2008[19]) ou en Wallonie.
  4. le député PS wallon Serdar Kiliç a financé en 2009 une rupture du jeûne chez les Loups gris de Marchienne-au-Pont, avec pour argument qu'il tentait d'y propager l'idéologie socialiste[20] [21].

Visites réciproques entre la Turquie et la Belgique

  1. Guy Van Vlierden, "Grijze Wolven zijn ook actief in Vlaamse partijen - Turkse extreemrechtse beweging geïnfiltreerd in Agalev en SP.A", Alert! d'octobre-novembre 2002
  2. Marie-Cécile Royen, "Le vrai discours des Loups gris turcs", Le Vif-L'Express, 8 novembre 2012
  3. Pierre-Yves Lambert, "Les candidats-gadgets du CDH multiculturel", Indymedia, 9 juillet 2003
  4. Résultat des candidats de la liste Ensemble (CDH) aux élections communales de 2012 à Chapelle-lez-Herlaimont, Elections 2012 (site officiel de la Région wallonne)
  5. F. Schiavetto, "CDH et MR “Ensemble” à Chapelle", La Dernière Heure, 15 mai 2012
  6. Mehmet Koksal, "PS: Van Gorp et son camarade loup gris en visite officielle au parti d'extrême droite turque", Humeur allochtone, 24 août 2006
  7. Benoît Mathieu, "Association culturelle ou extrémiste ?", Le Soir, 26 août 2006
  8. "Fuat Korkmazer stapt op bij Turkse vereniging", Het Nieuwsblad, 8 septembre 2006
  9. Hugues Dorzée, "Le loup gris du PS hante Schaerbeek", Le Soir, 12 octobre 2006
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 Liliana Casagrande, "Des échevins belges dans une parade d’extrémistes turcs du MHP" (article traduit, originalement paru en néerlandais dans Het Belang van Limburg) Daardaar, 8 mai 2018
  11. N-VA, "Infiltreren de Grijze Wolven in de politiek?" (vidéo), 4 octobre 2018
  12. Belga, "La N-VA se mue en reporter traquant les loups gris chez la concurrence", Le Vif, 4 octobre 2018
  13. voir aussi la photo publiée à ce sujet par Marc Van Ranst sur Facebook
  14. Belga, "Le CD&V; exclut une candidate sympathisante des "loups gris", une organisation turque d'extrême droite", La Libre Belgique, 4 octobre 2018
  15. Guy Van Vlierden, "Gevallen CD&V-kandidate die dweepte met Grijze Wolven krijgt steun van ex-senator", Het Laatste Nieuws, 13 octobre 2018
  16. Belga, "L'Open Vld soutient le candidat de Lierre soupçonné de sympathie avec les Loups gris", La Libre Belgique, 5 octobre 2018
  17. Pierre-Yves Lambert, "Les liens de partis démocratiques belges avec l'extrême droite turque", RésistanceS et Suffrage Universel, 13 novembre 2003
  18. "Hainaut (provinciales) 2006 - JP De Clercq (PS) et les Turcs", Tractothèque, 15 juillet 2006
  19. Mehmet Koksal, "Marino Keulen à la soirée politique des Loups gris", Suffrage Universel, 29 décembre 2008 et Mehmet Koksal, "Un ministre flamand chez les «loups gris»...", RésistanceS, 31 décembre 2008
  20. Mehmet Koksal, "Un député PS finance un repas islamique dans une association d’extrême droite turque", Parlemento, 6 septembre 2009
  21. Mehmet Koksal, "Serdar Kiliç (PS) :”J’essaye de propager l’idéologie socialiste, y compris chez les loups gris”", Parlemento, 8 septembre 2009
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils