Emin Özkara : Différence entre versions

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
(Iconographie)
(Iconographie)
Ligne 28 : Ligne 28 :
 
<gallery>
 
<gallery>
 
ozkara2000recto.jpg|2000
 
ozkara2000recto.jpg|2000
Ozkara2004lettre.jpg |2004
+
ozkara2000verso.jpg|2000
 +
Ozkara2004carte.jpg|2004
 +
Ozkara2004pub.jpg |2004
 
Ozkara2006tesekkur.jpg|2006
 
Ozkara2006tesekkur.jpg|2006
 
Ozkara2014.jpg|2014
 
Ozkara2014.jpg|2014
 +
Ozkara2014lettre.jpg|2014
 
</gallery>
 
</gallery>
  

Version du 24 janvier 2020 à 12:37

La participation politique des Bruxellois.es d'origine non-européenne
Élections régionales
1989 - 1995 - 1999 - 2004 - 2009 - 2014 - 2019
Élections communales
1976 - 1982 - 1988 - 1994 - 2000 - 2006 - 2012 - 2018
Conseils consultatifs communaux des immigrés
Membres du Parlement bruxellois - Échevin.e.s, président.e.s de CPAS et bourgmestres
Résultats officiels des élections
Belgique
modifier

Emin Özkara, né le 11 avril 1974 à Emirdag (Turquie), est un homme politique turco-belge.

Candidat sur la Liste du Bourgmestre Francis Duriau[1] aux élections communales de 2000 à Schaerbeek, il est élu mais la liste est reléguée dans l'opposition. Il est très actif dès sa première année de mandat dans l'accompagnement des demandes individuelles de citoyens auprès de l'administration communale et dans la contestation de taxes locales, notamment celle sur les antennes paraboliques[2] [3].

Treize mois après les élections, il rejoint le Parti socialiste, également dans l'opposition locale mais au pouvoir , en même temps que d'autres mandataires schaerbeekois, dont le fils de l'ancien bourgmestre, ainsi qu'un conseiller communal PSC et un conseiller CPAS Ecolo[4].

Deux ans plus tard, il est élu député régional bruxellois sur la liste du PS, il sera réélu en 2009, en 2014 et en 2019.

Il est également réélu au conseil communal de Schaerbeek en 2006, 2012 et 2018.

Polémiques et départ du PS

  1. En 2004, il se fait rappeler à l'ordre par le PS après avoir été accusé de faire surcoller par son équipe de campagne les affiches de ses colistiers socialistes[5]. Sa stratégie de saturation d'affichage électoral individuel, parfois des semaines avant les autres candidats, tous partis confondus, restera longtemps une de ses marques de fabrique avant d'être imités par d'autres, même si l'ampleur de ce phénomène a diminué par la suite le concernant.
  2. Dépassement du plafond légal des dépenses électorales en 2004[6] [7].
  3. Procédure sexiste de recrutement d'une collaboratrice parlementaire mi-2006[8].
  4. Utilisation de la franchise postale du parlement régional pour remercier en turc ses électeurs après la campagne électorale communale en 2006[9].
  5. En mai 2019, peu avant les élections régionales, il accuse des collègues et/ou des employé.es du groupe PS au parlement régional d'avoir fouillé son bureau, dans le cadre de son soutien à l'organisation Transparencia, et dépose une plainte en justice[10] [11]. Une plainte interne est parallèlement déposée contre lui devant la Commission de vigilance en raison des accusations qu'il avait publiquement proférées.
  6. En janvier 2020, dans la foulée de l'exclusion d'Emir Kir du Parti socialiste, il annonce officiellement qu'il siègera désormais comme indépendant au parlement et au conseil communal.

Citations

  • 2008 (en réponse à une question sur son éventuelle éviction de la liste PS pour les régionales de 2009) "je doute que le PS prenne un tel risque, car ma présence est mathématiquement nécessaire pour que le Parti fasse un bon score à Schaerbeek. Personne n’est indispensable et il faut toujours avoir un pied en dehors de la politique pour ne pas être totalement dépendant de ce monde mais je crois pouvoir réussir une nouvelle fois à me faire élire même si mes ennemis dans le Parti espèrent le contraire."[12]
  • 2019 "J’ai commencé très tôt dans l’arène politique. Je suis rentré au parlement bruxellois en 2004, je ne viens pas d’une famille politisée, j’ai fait mes armes mais personne ne m’a épaulé. On ne m’a pas expliqué comment faire. On est venu me chercher parce que j’étais d’origine turque. On m’a dit « tu ne communiques qu’avec la presse turque », « tu vas que dans les ASBL turques». Les formations politiques doivent arrêter d’aller chercher les candidats en fonction de leurs origines."[10]

Notes et sources

  1. qui serait qualifiée en France de "divers droite" ex-FDF, ancien échevin de la liste N.O.L.S.
  2. Karim Fadoul, "Etrange retour de la taxe parabole à Schaerbeek", La Dernière Heure, 12 octobre 2001
  3. Karim Fadoul, "Ozkara, le conseiller qui dérange?", La Dernière Heure, 30 octobre 2001
  4. Karim Fadoul, "Emin Ozkara débarque au PS", La Dernière Heure, 17 janvier 2002
  5. Karim Fadoul, "Le candidat Ozkara rappelé à l'ordre", La Dernière Heure, 27 mai 2004
  6. Mehmet Koksal et Pierre-Yves Lambert, "Dépenses électorales: la vérité si je mens...", Suffrage Universel, 8 septembre 2004
  7. Pierre-Yves Lambert, "Dépenses électorales - élections régionales bruxelloises de 2004 - revue de presse suite à notre article du 08/09/2004 ("Dépenses électorales : la vérité si je mens...")", Suffrage Universel, septembre-novembre 2004
  8. Mehmet Koksal, "Entretien d’embauche chez Emin Özkara (PS)", Humeur allochtone, 10 juillet 2006
  9. Mehmet Koksal, "Schaerbeek: Emin Özkara (PS) vous remercie en turc et en toute franchise... postale !", Humeur allochtone, 21 octobre 2006
  10. 10,0 et 10,1 "Emin Ozkara, élu PS: «On est venu me chercher parce que j’étais d’origine turque»", Le Soir, 1er mai 2019
  11. V. Lh., "Özkara, Manzoor et Azzouzi, les trois moutons noirs du PS", BX1, 30 avril 2019
  12. Le Pan, 21 novembre 2008

Iconographie

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils