Des Algériens candidats aux élections du 13 juin

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

BELGIQUE / Des Algériens candidats aux élections du 13 juin

EL WATAN (Alger) 2 mai 1999

Pour le 13 juin prochain, des Algériens se sont portés candidats : certains aux élections européennes (Parlement européen), d’autres aux élections régionales ou sénatoriales (Chambre) belges.

Ce sont bien sûr des binationaux (Algériens et Belges). Ils sont souvent jeunes et très actifs dans le mouvement associatif.

Depuis quelques jours, des affiches avec leurs portraits, qualité et mots d’ordre circulent en Belgique. Au sein de la communauté immigrée, on parle d’eux avec une certaine fierté. On ne pense même pas aux courants politiques qu’ils représentent. Ils sont algériens et c’est largement suffisant.

Parmi les quelques candidats que nous avons pu contacter, Farida Bessa, journaliste ayant travaillé quelques années en Algérie à l’ENTV, où elle présentait entre autres le journal télévisé de 13 h, vit en Belgique depuis près de 5 ans. Elle a débuté à la radio belge et collabore aujourd’hui avec des TV arabes. Militant dans diverses associations de femmes et de promotion de l’immigration, elle est engagée dans la course électorale pour le Parlement européen sous la bannière du Parti réformateur libéral (PRL) qui fait liste commune avec le FDF et le MDC (centre-droit). «J’ai accepté d’être candidate à la condition de travailler pour la promotion de l’immigration. Je tiens à privilégier la défense des intérêts algériens et belges au sein du concert européen», affirme-t-elle.

Dans le mouvement de la gauche, il y a Mouloud Atcheba, lui aussi journaliste. Il a travaillé dans les années 70 à Révolution africaine et à El Moudjahid. Installé depuis plus de vingt ans en Belgique, il se présente aux élections régionales sous les couleurs du Parti social chrétien (PSC). «C’est une manière pour moi de travailler pour une véritable citoyenneté de l’immigration en général. Je pourrai participer dans un sens positif à la promotion des relations belgo-algériennes qui connaissent ces derniers temps une véritable relance.», déclare-t-il. Mouloud est considéré ici comme le doyen des Algériens à s’intéresser au monde politique belge.

Toujours à gauche, avec le Parti socialiste (PS), il y a encore un journaliste : Arezki Mokrane, qui collabore entre autres à la radio Chaîne III d’Alger. Il en est de même pour la jeune Ghezala qui est sur la liste PS. Ce sont des éléments qui sont présents dans le monde de la culture et des associations travaillant pour l’immigration.

Chez les Verts (écolos), Senjak-eddine est un manager qui a un pied en Belgique et l’autre en Algérie.

Pour tous les candidats, il est clair qu’ils tentent, en plus de leur mission d‘élus belges (en cas de victoire), de mener un travail de rapprochement avec le pays d’origine, l’Algérie. Ils sont conscients qu’ils peuvent influer sur les décisions politiques et économiques en faveur de l’Algérie. A titre comparatif, les Marocains, qui sont assez nombreux dans les institutions élues, constituent un véritable lobby qui défend l’intérêt de leurs concitoyens (300 000) vivant en Belgique et les intérêts commerciaux du Maroc.

M’Hammedi Bouzina

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils