DOST/presse

De Suffrage Universel
Révision datée du 7 juin 2019 à 17:39 par Admin (discussion | contributions) (Page créée avec « Extraits de la revue de presse de l'ambassade de France en Bulgarie Les musulmans bulgares dans l’étau de la lutte électorale entre les deux « partis turcs » de Bul... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Extraits de la revue de presse de l'ambassade de France en Bulgarie

Les musulmans bulgares dans l’étau de la lutte électorale entre les deux « partis turcs » de Bulgarie (17 mars 2017)


Déroulement des élections législatives en Bulgarie et dans les bureaux de vote en Turquie, et résultats (27 mars 2017) (31 mars 2017)

Le MDL, troisième force parlementaire depuis sa création, a cédé sa place sur le podium aux Patriotes unis, même s’il s’en faut de moins de 3 000 voix. Le mouvement a perdu son monopole sur les électeurs en Turquie dont les deux tiers ont voté pour DOST, le nouveau favori du président Erdoğan. Mais la dissidence de DOST n’explique pas tout : sur les 171 000 perdues entre 2014 et 2017, toutes ne sont pas allées à DOST qui n’en rassemble que 100 000. Le MDL a perdu la loyauté de son électorat en Bulgarie même selon Mehmed Dikme, ancien membre de ce parti, ce qui l’a poussé à chercher à s’implanter au milieu des Roms.

(30 octobre 2017)

Le Conseil national du parti DOST s’est réuni ce week-end afin de décider de la mise en place de structures locales et municipales du parti. Lioutvi Mestan, président de DOST, a appelé à ce que Valeri Simeonov, vice-premier ministre, donne sa démission dans la mesure où « une personne condamnée pour avoir utilisé les discours de haine ne peut pas avoir de place au Conseil des ministres ». (24 tchassa)

(31 octobre 2017)

Le président du parti DOST a revendiqué la reconnaissance par une loi de la minorité turque en Bulgarie. Dans un post sur son profil Facebook, Luoutvi Mestan a argumenté qu’il n’y avait aucune raison pour que 50 mille Bulgares en Albanie soient reconnus comme étant une minorité, tandis qu’un million de Turcs en Bulgarie ne le sont toujours pas. (24 tchassa)

(6 novembre 2017)

Le vice-premier ministre et ministre de la défense Krassimir Karakatchanov a demandé au Parquet de se saisir des propos tenus par Lioutvi Mestan, dirigeant du parti DOST, sur la reconnaissance officielle d’une minorité turque en Bulgarie. « M. Mestan est depuis assez longtemps dans la politique bulgare pour savoir que la Constitution ne reconnaît pas de droits collectifs aux minorités », a-t-il souligné tout en indiquant qu’il s’agit apparemment d’une provocation et que le Parquet devrait faire son travail. (tous médias)

(8 novembre 2017)

Le parti ORIM appelle dans une déclaration ad hoc le procureur général Sotir Tsatsarov à se saisir de la tribune récemment diffusée par Lioutvi Mestan, dirigeant du parti DOST, dans laquelle celui-ci demande la reconnaissance officielle d’une minorité turque en Bulgarie. Par ailleurs, hier, dans une interview sur bTV, M. Mestan a de nouveau soulevé cette question. « Je suis citoyen Bulgare et Turc ethnique, porteur d’une conscience européenne. L’existence d’une minorité turque [en Bulgarie] est un fait et non une question de terminologie juridique », a-t-il indiqué. (24 Tchassa, Standart)

Dans Standart, l’eurodéputé Anguel Djambazki met en garde contre le « virus du séparatisme ». « Les manifestations récentes de séparatisme ont leurs racines historiques, mais nul ne saurait nier ni cacher qu’elles ont trouvé leur catalyseur puissant dans l’idée inepte d’une ‘Europe des régions’ ». Et dans les Balkans, « le virus du séparatisme est doublement plus dangereux à cause de leur histoire, d’Erdogan, du déplacement des couches tectoniques dans la région de la mer Noire, le Proche-Orient et le Golfe », souligne l’auteur. (Standart)

(21 mai 2018)

Des sympathisants du MDL et du parti DOST, créé par Lioutvi Mestan après son évincement du MDL, se sont rassemblés à Djebel (Sud) pour commémorer les tragiques événements de mai 1989, début de la résistance de la minorité turcophone contre le remplacement forcé de leurs noms par des noms bulgares. Toutefois, le public était divisé en deux, un cordon de policiers séparant les meetings des deux partis par crainte de débordements. Le maire de Djebel, qui a quitté récemment le MDL pour rejoindre le parti DOST, était hué par la foule et a dû s’exprimer devant les dos tournés de ses concitoyens. Ceux-ci ont préféré écouter le discours du dirigeant du MDL, Moustafa Karadaya. (tous media)

Appel à la reconnaissance de la minorité turque (Jeudi 28 mars 2019)

Le président du parti DOST (et ancien président du MDL), Lioutvi Mestan, a appelé à une révision de la Constitution afin de reconnaître la minorité turque. Dans une interview accordée à la bTV, il a défendu sa thèse avec ardeur. Le vice-président de l’ORIM et député européen Anguel Djambazki a menacé de saisir le procureur général de cette déclaration portant atteinte à la sécurité de l’Etat. (tous media)

Code électoral : retour aux anciennes dispositions sur le vote préférentiel (Jeudi 28 mars 2019)

Moins de deux mois après avoir adopté des amendements au Code électoral, qui augmentent considérablement le nombre de voix nécessaires pour que les suffrages préférentiels soient valides, l’Assemblée nationale est revenue aux anciennes dispositions. Ainsi, le seuil pour les candidats aux postes de députés nationaux et de conseillers municipaux a été fixé de nouveau à 7% des votes exprimés pour chaque liste respective, et de 5% pour les candidats au Parlement européen. La proposition du FNSB de fixer le seuil pour les conseillers municipaux à 20% a été rejetée, de même que celle du MDL qui visait à abolir l’interdiction de faire campagne dans une langue autre que le bulgare. (tous media)

Le Parquet vérifie si la déclaration de DOST ne porte pas atteinte à la sécurité nationale (Vendredi 29 mars 2019)

A l’aune de la déclaration du parti DOST, insistant pour la reconnaissance constitutionnelle de la minorité turque, le procureur général Sotir Tsatsarov a ordonné l’ouverture d’une information judiciaire devant vérifier si les messages dans cette déclaration ne sont pas contraires à la Constitution et à la Loi sur les partis politiques. Si c’était le cas, DOST risque d’être dissout par le tribunal. Selon le maire de Kardjali et vice-président de l’organisation locale du MDL, Hassan Azis, « il s’agit de déclarations faites par des personnes écartées de la scène politique dans un objectif électoral ». (tous media)

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils