Belges entre guillemets : Différence entre versions

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
(Parti jeunes musulmans)
(Notes et références)
 
Ligne 34 : Ligne 34 :
 
==Notes et références==
 
==Notes et références==
 
<references/>
 
<references/>
 +
 +
==Occurrence plus ancienne (2002)==
 +
(courriel envoyé à la rédaction du quotidien Le Soir)
 +
 +
'''[https://web.archive.org/web/20191130094440/https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/suffrage-universel/conversations/messages/237 Belges entre guillemets...]'''
 +
 +
Pierre-Yves Lambert                          7 févr. 2002
 +
 +
Dans un article publié ce jeudi 7/2/2001 à propos de la mission belge à
 +
Guantanamo, votre collaborateur Jean-Paul Collette écrit ceci "En revanche,
 +
il n'est pas exclu, nous disent d'autres sources, que d'autres « Belges »
 +
aient été arrêtés en Afghanistan même et y soient détenus.".
 +
 +
Je me permets de m'interroger sur le sens de ces guillemets, doivent-ils
 +
être rapprochés du paragraphe suivant, où il est précisé à propos du
 +
"taliban belge" embastillé à Guantanamo que "l'homme est naturalisé belge"
 +
et que "l'individu est originaire d'Afrique du Nord et [il] a obtenu sa
 +
naturalisation en 1985" ?
 +
 +
Je trouve ces guillemets particulièrement fâcheux, ce d'autant plus qu'il ne
 +
s'agit même pas d'une personne qui aurait acquis la nationalité belge très
 +
récemment et dans des circonstances douteuses, à l'instar du Russo-Kazakh
 +
Patokh Chadiev, l'ami mafieux du ministre Kubla dont il était question dans
 +
De Morgen de mercredi (dont je n'ai lu aucun écho dans Le Soir, ceci soit
 +
dit en passant), mais de quelqu'un qui est belge depuis 16 ans, après
 +
combien de temps a-t-on droit à devenir un Belge sans guillemets ?
 +
 +
Cela me semble parfaitement légitime par exemple de parler de Belge
 +
d'origine X ou de binational belgo-X, mais pas de Belge entre guillemets, il
 +
ne s'agit pas de "political correctness" mais de correction tout court.
 +
 +
Bien à vous,
 +
 +
Pierre-Yves Lambert
 +
site http://www.suffrage-universel.be/
  
 
[[Catégorie:Lexique]]
 
[[Catégorie:Lexique]]

Version actuelle datée du 30 novembre 2019 à 10:53

Citation

Anne-Marie Lizin (PS), présidente du Sénat belge, au journal télévisé de 19h30 de la RTBF, vendredi 9 décembre 2005: "... Nous allons aller voir (...) quelles sont les procédures appliquées aujourd'hui à ceux qui y restent (à Guantanamo) puisque à l'évidence un certain nombre de ces prisonniers ont été restitués. Nous avons les deux Belges entre guillemets (Moussa Zemmouri et Mesut Sen) qui étaient dans ce cadre et qui n'étaient pas des enfants de chœur..."[1].

Réactions

Parti jeunes musulmans

Le PJM est le premier à réagir, le dimanche 11 décembre, par un communiqué de presse intitulé "Les "Belges entre guillemets" exigent une sanction exemplaire contre Mme Lizin":

"(...) Le PJM, et assurément la toute grande majorité des "Belges" (à lire, donc, "Belges entre guillemets") d’origine immigrée turque et marocaine (les deux pays d’origine de ces jeunes garçons détenus sans droits ni lois) dénoncent avec virulence cette nauséeuse bavure langagière à caractère outrancièrement raciste (ce n’est pas la première) que cette misérable personne, au mépris des charges qu’elle est censée assumer (là, non plus, elle n’en est pas à sa première incartade), s’est permise de proférer.
Le camouflet est trop énorme que pour ne pas lui être rendu. Ne pourrait-on la mettre, elle, une bonne fois pour toutes, entre guillemets, la dame Lizin, la faire chuter définitivement de ce perchoir qu'elle occupe, pour la plus grande honte du Sénat et du parti qu'elle ridiculise ?
Les Belges "d’origine immigrée", ces Belges de seconde zone qui n’étaient certes pas des Belges "à part entière" jusqu’à ce jour, mais qui l’étaient quand même vaille que vaille, en partie, dans des espaces mentaux et culturels confinés, ne sont donc plus du tout des Belges depuis que la Lizin les a mis entre guillemets ! (...)"[2].

Réactions individuelles

  • Farah Ismaïli, Abdelghani Ben Moussa (membre du CDH) et Ahmed Mouhsin (conseiller communal Ecolo), "Il n'y a pas de Belges entre guillemets", 13 décembre 2005:
"Alors que d'ordinaire, de tels propos sont tenus par des représentants de l'extrême droite, il est frappant de constater à quel point on peut se déclarer démocrate et, en même temps, se laisser contaminer par des discours nauséeux et extrémistes. Cette dérive appelle une condamnation de la part de toute la classe politique ; il en va, en effet, de la crédibilité de notre état de droit. (...) En tenant ces propos inacceptables, Madame Lizin n'est assurément plus digne de présider une assemblée représentative de TOUS les citoyens belges !"[3].
  • Mohammed Boukourna, député fédéral PS (qui a ultérieurement quitté ce parti et rejoint le CDH), 15 décembre 2005:
"Les propos utilisés par la présidente du Sénat ont malheureusement choqués les Belges d'origine étrangère. Les propos tenus par la présidente du Sénat n'engagent nullement la considération du parti ou des autres mandataires vis-à-vis de ces deux personnes qui sont belges et ont toujours été considérés dans le cadre de leur affaire comme des ressortissants, sans guillemets, et à part entière, de notre pays. C'est à ce titre notamment, que leur retour en Belgique a été obtenu par notre gouvernement."[4].
  • Mohammed Tijjini, membre du PS (qui a ultérieurement quitté ce parti et rejoint le MR), courriel adressé au président du PS Elio Di Rupo, 15 décembre 2005:
"Au moment où nous luttons avec nos différents partenaires démocratiques contre le racisme, les discriminations et les différentes exclusions dont sont victimes nos concitoyens d'origine étrangère, il est inacceptable que la troisième personnalité de l'Etat, qui plus est socialiste, tienne un discours aussi provocateur pouvant laisser croire à l'existence d'une « sous-population » parmi nos concitoyens. Seul le Vlaams Belang et le Front national ont osé franchir ce pas."[4].
  • Didier de Laveleye (directeur du Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie) et Radouane Bouhlal (président du Mrax), "Quand la ponctuation corrompt la citoyenneté", 23 décembre 2005:
"en mettant des Belges entre guillemets, c'est notre citoyenneté commune que vous mettez entre parenthèses",
"nous vous demandons de bien vouloir donner des explications et/ou présenter des excuses à toutes celles et tous ceux parmi nous qui, au-delà de leurs actes ou de leur origine, se sentent belges sans « vos » guillemets"[5].
  • Pierre-Yves Lambert, 26 décembre 2005:
"(...) Comme quelques autres Belgo-Marocains dont j'ai déjà cité quelques noms sur ma liste, j'ai l'impression que vous vous comportez de plus en plus bel et bien comme des "Belges entre guillemets" (© Lizin) en adoptant des attitudes de plus en plus chauvines en faveur d'un pays dont vous n'êtes pas seulement originaires mais également sujets (et non citoyens) en tant que binationaux.
Mon désaccord avec les paroles de Lizin ne porte pas tant sur l'expression dans l'absolu, votre attitude de "patriotes marocains", ainsi que je l'ai déjà écrit, relève de la même logique que celle des Juifs belges sionistes (donc pas tous les Juifs belges, je le précise à toutes fins utiles) qui ne peuvent s'empêcher de se comporter comme des agents de propagande et de lobbying israéliens, idem pour les Belgo-Turcs (dans une proportion probablement très large) vis-à-vis du négationnisme du génocide arménien, de la question de Chypre ou de celle du Kurdistan. Les deux personnes visées par Lizin étaient par contre a priori des Belges à part entière car ce n'est pas en tant que Turc ou Marocain qu'elles ont agi, mais en tant que Belges musulmans, quelles que puissent être nos appréciations quant à la justesse de leurs engagements (la mienne est négative, mais autant qu'ils aillent se faire sauter en Afghanistan ou en Irak qu'ici, bon débarras). (...)"[6].
  • Elio Di Rupo répond le 10 janvier 2006 à Mohammed Tijjini:
"Je reviens au courrier par lequel vous m'avez interpellé sur les propos d'Anne-Marie LIZIN relatifs aux «  deux Belges entre guillemets ».
Je comprends que ces propos ambigus aient pu vous choquer.
Toutefois, soyez assuré que, quelles que soient les interprétations qu'on puisse donner de tels propos, Anne-Marie LIZIN m'a clairement confirmé que jamais elle n'a voulu sous-entendre par là qu'il y avait plusieurs catégories de Belges en fonction de l'origine ou de la couleur de la peau.
Pour le PS, il est clair qu'il n'y a qu'une seule catégorie de Belges, tous égaux en droits et en devoirs.
Les législations que les mandataires socialistes ont initiées, leurs actions et leurs prises de position me paraissent démontrer sans ambiguïtés notre volonté de combattre toutes les discriminations et de promouvoir une société multiculturelle où chacun puisse trouver sa place."[7]

Séquelles

Début 2009, un mouvement politique est mis sur pied, d'abord baptisé "Égalité‎ sans guillemets", en référence aux propos d'Anne-Marie Lizin trois ans plus tôt, puis "Égalité‎".

Notes et références

  1. enregistrement video
  2. "Les "Belges entre guillemets" exigent une sanction exemplaire contre Mme Lizin", site du PJM, 11 décembre 2005
  3. court extrait paru dans la rubrique Courrier du Soir le 14 décembre 2005; texte complet diffusé sur la liste Suffrage Universel le 15 décembre 2005
  4. 4,0 et 4,1 courriel reproduit sur la liste Suffrage Universel, 16 décembre 2005
  5. courriel reproduit sur la liste Suffrage Universel le 27 décembre 2005, paru en carte blanche dans Le Soir du 27 décembre 2005
  6. courriel reproduit sur la liste Suffrage Universel, 26 décembre 2005
  7. courriel reproduit sur la liste Suffrage Universel

Occurrence plus ancienne (2002)

(courriel envoyé à la rédaction du quotidien Le Soir)

Belges entre guillemets...

Pierre-Yves Lambert 7 févr. 2002

Dans un article publié ce jeudi 7/2/2001 à propos de la mission belge à Guantanamo, votre collaborateur Jean-Paul Collette écrit ceci "En revanche, il n'est pas exclu, nous disent d'autres sources, que d'autres « Belges » aient été arrêtés en Afghanistan même et y soient détenus.".

Je me permets de m'interroger sur le sens de ces guillemets, doivent-ils être rapprochés du paragraphe suivant, où il est précisé à propos du "taliban belge" embastillé à Guantanamo que "l'homme est naturalisé belge" et que "l'individu est originaire d'Afrique du Nord et [il] a obtenu sa naturalisation en 1985" ?

Je trouve ces guillemets particulièrement fâcheux, ce d'autant plus qu'il ne s'agit même pas d'une personne qui aurait acquis la nationalité belge très récemment et dans des circonstances douteuses, à l'instar du Russo-Kazakh Patokh Chadiev, l'ami mafieux du ministre Kubla dont il était question dans De Morgen de mercredi (dont je n'ai lu aucun écho dans Le Soir, ceci soit dit en passant), mais de quelqu'un qui est belge depuis 16 ans, après combien de temps a-t-on droit à devenir un Belge sans guillemets ?

Cela me semble parfaitement légitime par exemple de parler de Belge d'origine X ou de binational belgo-X, mais pas de Belge entre guillemets, il ne s'agit pas de "political correctness" mais de correction tout court.

Bien à vous,

Pierre-Yves Lambert site http://www.suffrage-universel.be/

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils