Be.one

De Suffrage Universel
Révision datée du 17 novembre 2018 à 16:58 par Admin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Réseau AKP dans l'UE
Akp.png
ADD
BIG
Denk
Denk.be/Be.one
DOST
NBZ
PEJ
AKP en Europe
*AKP en Belgique
COJEP
UID (ex-UETD)
*UID (ex-UETD) - Belgique
modifier

Be.one est un parti politique flamand et bruxellois dont l'annonce de la création, sans encore avoir fixé de nom, date du 10 mai 2017. Sa dénomination a été annoncée le 7 février 2018.

Genèse

Le 18 mars 2017, dans une interview au quotidien De Morgen, le conseiller provincial limbourgeois Ahmet Koç, un élu pro-Erdogan exclu fin août 2016 par le SP.A (PS flamand), a annoncé réfléchir à la création d'un nouveau parti inspiré du parti néerlandais Denk en vue des élections communales de 2018 dans plusieurs villes du Limbourg. Cette annonce a été faite au surlendemain des élections législatives néerlandaises où DENK avait décroché trois sièges sur 150[1] [2].

Dès l'exclusion de Koç par le SP.A, suivie de la démission du même parti de son ex-compagne Duygu Akdemir, échevine à Beringen, l'éventualité de la création d'un tel parti avait été évoquée. En 2012, un parti turc, Sterk Heusden-Zolder/Sterk Limburg, avait présenté des listes aux élections communales (dans une seule commune) et provinciales (dans un seul district), obtenant un élu à Heusden-Zolder (province du Limbourg).

Le 10 mai 2017, Koç et Dyab Abou Jahjah ont annoncé qu'ils s'associaient dans la fondation d'un nouveau parti en Flandre et à Bruxelles, parti qui "mènera la lutte contre la discrimination, l'islamophobie et le racisme" et présentera des listes au élections communales et provinciales belges de 2018 au Limbourg (Genk, Hasselt, Beringen, Heusden-Zolder), en région bruxelloise et dans d'autres villes flamandes (Anvers, Malines et Vilvorde). Abou Jahjah, d'origine libanaise, est un des fondateurs de l'Arab European League et de l'éphémère Moslim Democratische Partij. Il a déclaré que l'extension de ce parti à la Wallonie "n'est pas à l'ordre du jour"[3].

Fin novembre 2017, Ahmet Koç annonce à la chaîne de télévision régionale TVL que des listes seront présentées "dans les communes minières du Limbourg" (Beringen, Genk, Houthalen-Helchteren, Heusden-Zolder et Maasmechelen), à Gand et à Anvers[4]. Début décembre, Abou Jahjah annonce qu'il a rompu avec Koç et que, en association avec l'ancienne sénatrice Agalev Meryem Kaçar, une proche du régime d'Erdogan qui les avait initialement mis en contact, des listes seront présentées comme annoncé au départ; parallèlement, un "Multiculturele Recht Partij" (MRP) est "lancé" sur facebook à Gand par un quatrième personnage, Murat Koylu, qui déclare n'avoir aucun lien avec les trois autres[5] [6]. En mai 2018, Koç annonce que les listes qu'il présentera le seront sous la dénomination Vlaams Multicultureel Collectief[7].

Le nom du nouveau parti en projet devait être annoncé en septembre 2017, l'annonce a été reportée à février 2018[3]. Le 7 février 2018, les cofondateurs, Abou Jahjah, Kaçar, ainsi que la journaliste flamande Hilde Sabbe (ex du Standaard, du Morgen, de Het Laatste Nieuws et du site d’information Apache) et l'écrivain Momi M’Buze ont dévoilé le nom: Be.one[8].

D'après la dépêche de l'Agence Belga, "Le parti se présentera aux élections locales de 2018 dans plusieurs grandes villes, dont Anvers, Gand, sans doute Malines, l'une ou l'autre cité limbourgeoise et quelques communes bruxelloises. Des contacts sont en cours pour présenter des listes en Wallonie mais ils n'ont pas encore abouti." Par ailleurs, Be.one "se présentera à toutes les élections à venir, c’est-à-dire communales, régionales et fédérales, en Flandre et à Bruxelles[9] [10]."

Fin avril 2018, Abou Jahjah annonce finalement que le parti ne présentera pas de liste aux communales en région bruxelloise, se réservant pour les régionales et les législatives de 2019 et parce qu'il faudra encore du temps pour convaincre des électeurs francophones[11], mais maintient que Be.One présentera des listes à Gand, Anvers, Malines et dans quelques communes limbourgeoises[12].

Composition des listes pour les élections communales et provinciales de 2018

Au Limbourg, la figure de proue annoncée était la juriste Hatice Kör (34 ans), de la commune (rurale) de Zutendaal (canton électoral provincial de Genk)[13].

  • Beringen: Kenan Ayaz[14]
  • A Gand, la tête de liste initialement annoncée était l'avocat Ercan Tok (37 ans), dont la famille est originaire de Serbie, surtout connu du grand public comme le porte-parole de la Mosquée verte, encore en construction[15]. Toutefois, il a laissé sa place en avril à Meryem Kaçar, prenant la deuxième. Le troisième de la liste est le patron de restaurants Osman Gök, et Dries Lesage mari de Mme Kaçar et professeur d'université connu pour ses prises de position pro-Erdogan, se trouve en fin de liste, en 27ème position. Un ex-militant du PTB, Ayden Kaya, chauffeur de bus De Lijn, est également candidat sur cette liste[16] [17].
  • Houthalen-Helchteren: Enver Agim[14]

En fin de compte, Be.one présente 7 listes communales, 2 listes de district et 1 liste provinciale avec un total de 53 candidat.e.s (Gand, 25 candidat.e.s, Sint-Niklaas, 6 candidat.e.s, Anvers, 10 candidat.e.s - + dans les districts de Deurne et de Merksem, et dans le district provincial, listes d'1 candidat.e -, Malines, 4 candidat.e.s, Beringen, 5 candidat.e.s, Houthalen-Helchteren, 3 candidat.e.s).

Quant à Hatice Kör, elle était finalement candidate sous son propre nom à Zutendaal, et son nom n'était plus mentionné dans le tract collectif de Be.One distribué à Gand pendant la campagne.

Anvers (Ville)

  1. Karima Arektoute (également unique candidat de la liste du district de Deurne)
  2. Ümit Öztürk
  3. Bettina De Graeve (également unique candidate de la liste pour le district provincial d'Anvers)
  4. Fatiha Boudjaine
  5. Muhammet Dogan
  6. Safinaz Yaman
  7. Mesut Kurt (également unique candidat de la liste du district de Merksem)
  8. Abdol-Djelil Ouro-Yondou
  9. Brahim Gueddari
  10. Manolya Kizildag

Beringen

  1. Kenan Ayaz
  2. Emine Yüksel
  3. Zafer Yildirim
  4. Emine Tubadan
  5. Zeynep Civelek

Gand

  1. Meryem Kaçar
  2. Ercan Tok
  3. Osman Gök
  4. Fatma Karaca
  5. Busra Altinkaya
  6. Erkan Cabuk
  7. Nohela Azzagari
  8. Aydin Kaya
  9. Baya Ziouane
  10. Kenan Kocabas
  11. Emre Orta
  12. Oguz Karakaya
  13. Ahmet Canbas
  14. Miroslav Siderov
  15. Elif Lootens
  16. Gini Ismail Mohamed
  17. Raf Verbeke
  18. Anyuta Horozova
  19. Kjell Wulleput
  20. Abidin Kubat
  21. Amina Halilovic
  22. Nur Lootens
  23. Sümeyra Öztürk
  24. Huriye Özkan
  25. Dries Lesage (époux de Meryem Kaçar)

Houthalen-Helchteren

  1. Enver Agim
  2. Derya Akgüre
  3. Furkan Agim

Malines

  1. Hakim Boutkabout
  2. Mariem El Ouali
  3. Rudi Nees (ex-conseiller communal Open VLD à Sint-Katelijne-Waver)
  4. Ilham Cheikh

Sint-Niklaas

  1. Ali Alci (conseiller communal SP.A sortant, élu depuis 2000, à l'époque premier et unique élu allochtone dans cette commune, qui a quitté son parti en décembre 2017 après ne pas avoir obtenu un poste d'échevin qui lui avait été promis en 2012 pour la dernière année de mandat[18])
  2. Ayse Unan
  3. Mehmet Köroglu
  4. Sevgi Yilmaz
  5. Sulaiman Alnajjar
  6. Patric Serverius
  7. Hülya Köroglu

Zutendaal

  1. Hatice Kör

Résultats des listes pour les élections communales et provinciales de 2018

Aucune de ces listes (iconographie sur la Tractothèque) n'a obtenu le moindre élu, elles font des scores dérisoires surtout à Anvers et à Gand, pourtant "fiefs" de ses deux leaders Abou Jahjah et Kaçar:

  • 1.629 voix (3%) à Malines
  • 726 voix (2,4%) à Beringen, où tou.te.s les élu.e.s d'origine turque ou marocaine du SP.A (sauf un) et du CD&V font chacun.e plus de voix de préférences que l'ensemble de la liste Be.One
  • 799 voix (1,6%) à Sint-Niklaas, où l'élue CD&V d'origine marocaine fait plus de voix de préférences à elle seule (836) que l'ensemble de la liste Be.One
  • 1.709 voix (1,1%) à Gand, où tou.te.s les élu.e.s d'origine turque, marocaine ou algérienne du SP.A, de Groen et du CD&V font chacun.e plus de voix de préférences que l'ensemble de la liste Be.One
  • 1.638 voix (0,6%) à Anvers, où tou.te.s les élu.e.s d'origine turque, marocaine ou algérienne du SP.A (sauf un), de Groen, du CD&V et de la N-VA font chacun.e plus de voix de préférences que l'ensemble de la liste Be.One
  • 69 voix (0,3%) à Houthalen-Helchteren, où tou.te.s les élu.e.s, toutes origines confondues, font chacun.e plus de voix de préférences que l'ensemble de la liste Be.One

Programme

Lors de la conférence de presse du 7 février 2018[19], les fondateurs du parti ont déclaré qu'un congrès devra approuver le programme, car aujourd'hui le parti ne dispose que d'un texte de vision", suivant lequel Be.One
  • "n'est pas un parti de migrants""
  • "se veut un parti post-capitaliste qui plaide en faveur d'une égalité radicale et qui considère le travail, l'enseignement de base et le logement comme des droits pour tous"
  • "poursuit une égalité radicale au niveau du genre, de l'origine et du milieu social. Be.One plaide en faveur d'une parité des genres dans les institutions publiques. Et les entreprises qui participent aux marchés publics doivent remplir certaines conditions de genre."
  • "Au niveau socio-économique, le tax shift doit déplacer les impôts des plus faibles vers les plus forts. Le nouveau parti souhaite imposer plus lourdement les grandes entreprises et les multinationales et veut diminuer les impôts des PME. Par ailleurs, Be.One représente une transition écologique et affectionne l'idée de monnaies locales."
  • "défend aussi la séparation de la religion et de l'état, non selon le modèle français de laïcité, mais plutôt selon l'exemple anglo-saxon "où la situation est plus relaxe"."
  • "mise sur une politique propre à Bruxelles. Aujourd'hui, Bruxelles est encore trop souvent sous la tutelle de la Flandre et de la Wallonie, dit-il. Il est nécessaire de déployer une politique d'enseignement bruxelloise."

Le 12 février 2018, le nouveau parti diffuse, uniquement en néerlandais, un tweet de soutien au Hirak du Rif.

Structure

7 février 2018: "En attendant le congrès du parti, Kaçar et Abou Jahjah font office de coordinateurs du parti[19]."

Polémiques

Positionnement pro-Erdogan

Déclarations de Meryem Kaçar

Déclarations des candidat.e.s

Kenan Ayaz, tête de liste aux communales à Beringen, mai 2018, lors de la présentation du parti sur place: "Be.One is in Beringen nodig omdat niet iedereen gelijk behandeld wordt. De traditionele partijen hebben ons niets gegeven. Ze kregen onze stem maar hebben er niets mee gedaan. Zij hebben hun werk niet goed gedaan zowel in het dossier van het offerfeest en in het debat rond Turkije en Erdogan. Ze verstoppen zich. Wij hebben ze in het schepencollege gestemd om voor ons op te komen maar daar is spijtig genoeg niets van in huis gekomen"[14]

Clash avec la secrétaire d'Etat N-VA Zuhal Demir

Sources

  1. Tine Peeters et Sue Somers, "Ahmet Koç mee aan wieg van pro-migratiepartij", De Morgen, 18 mars 2017
  2. Belga, "Ahmet Koç réfléchit à la création d'un parti pro-immigration", La Libre Belgique, 18 mars 2017
  3. 3,0 et 3,1 Belga, "Abou Jahjah en Koç richten samen politieke partij op “die strijd aangaat tegen discriminatie, islamofobie en racisme”", Het Nieuwsblad, 10 mai 2017
  4. "In deze Limburgse gemeenten komt de nieuwe partij van Ahmet Koç op tijdens gemeenteraadsverkiezingen", Het Belang van Limburg, 23 novembre 2017
  5. (Belga), "Abou Jahjah breekt met Koç", Bruzz.be, 4 décembre 2017
  6. Cathy Galle, "Abou Jahjah breekt met Koç. Nieuwe 'migrantenpartij' neemt valse start", De Morgen, 4 décembre 2017
  7. "Ahmet Koç komt met partij VMC", Internet Gazet, 15 mai 2018
  8. Philippe Carlot, "Be.one, le nouveau parti de Dyab Abou Jahjah, participera aux communales", RTBF info, 7 février 2018
  9. Belga, "Le nouveau parti de Dyab Abou Jahjah participera aux élections sous l'appellation 'be.one'", La Libre Belgique, 7 février 2018
  10. A.V. et Belga, "‘Be.one’: le nouveau parti de Dyab Abou jahjah pour les prochaines élections", Bx1,
  11. "Als je een zetel wil in de gemeenteraad, moet je ook Franstaligen overtuigen. We hebben nog tijd nodig om dat te doen."
  12. Paul Cobbaert, "Dyab Abou Jahjah wil met zijn nieuwe partij Be.One naar het parlement: “N-VA verziekt debat over identiteit”", De Zondag, 22 avril 2018
  13. Liliana Casagrande, "Zutendaalse juriste bouwt lijst van Abou Jahjah uit in Limburg", Het Belang van Limburg, 8 février 2018
  14. 14,0, 14,1 et 14,2 "Be.One Beringen voorgesteld", Internet Gazet, 8 mai 2018
  15. Sander Luyten, "Ercan Tok, advocaat en woordvoerder Groene Moskee, trekt Gentse lijst Abou Jahjah: “We gaan vechten als leeuwen”", Het Nieuwsblad, 7 février 2018
  16. Yannick De Spiegeleir, "Meryem Kaçar trekt lijst Be.One", Het Laatste Nieuws, 19 avril 2018
  17. "Osman Gök, van de Gök-restaurants, op Be One-lijst", Het Laatste Nieuws, 19 juin 2018
  18. JVS, "Ali Alci stapt boos op bij sp.a: "Ben aan het lijntje gehouden"", Het Laatste Nieuws, 22 décembre 2017
  19. 19,0 et 19,1 Belga, "Be.One, le nouveau parti de Dyab Abou Jahjah", Le Vif-L'Express, 7 février 2018

Liens externes

  • Site du parti
Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils