Élu.e.s socialistes transfuges vers l'extrême droite

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.

Cette liste ne reprend que la période après 1945, prioritairement en Belgique et en France. Les partis d'extrême droite incluent les FN et apparentés (RBM, SIEL etc.), le Vlaams Blok/Belang, la Ligue du Sud, mais aussi la nébuleuse poujadiste, réactionnaire etc. comme l'UNI, le PSI, le PP belges, la Liste Dedecker flamande, le RPF et le MPF français.

Allemagne

  • 2013: Martin Korol, appelé à siéger au Parlement régional de Brême le 12 février 2013 suite au décès d'une parlementaire régionale SPD, exclu du groupe SPD le 8 avril 2013 suite à des déclarations racistes anti-Roma, exclu du SPD le 9 septembre 2013; siège d'abord comme indépendant puis rejoint le 22 octobre 2013 la nouvelle formation régionale d'extrême droite Citoyens en colère (Bürger in Wut).

Belgique

PSB

  • 1961: William Van Remoortel (1888-1965), sénateur POB/PSB de 1937 à 1961, date à laquelle il se présente comme tête de liste à la Chambre pour l'Union nationale des indépendants, un parti poujadiste[1] Il avait obtenu 1.532 voix sur la liste PSB au Sénat en 1958, il en obtient 1.310 à la tête de la liste UNI (en cartel avec le Parti social indépendant, formation de même nature) à la Chambre en 1961[2].

PS

  • plusieurs anciens élus/affiliés du PS(B) de Schaerbeek, souvent passés via le FDF, ont été élus sur les listes de Roger Nols aux élections communales à Schaerbeek dans les années 1980, notamment Léon Weustenraad, Raymond Juge et André Verhaegen.
  • Serge Reynders, conseiller CPAS PS à Saint-Nicolas (province de Liège), exclu de ce parti le 21 septembre 2015 pour avoir tenu des propos racistes[3], a adhéré au Parti populaire (extrême droite) en janvier 2016[4]. Il était tête de liste du PP aux communales de 2018, mais ce parti n'a obtenu aucun élu.
  • Aldo Carcaci: conseiller communal PS à Saint-Georges-sur-Meuse et conseiller provincial de la province de Liège, président du CPAS, échevin des affaires sociales (1981-1987), député fédéral du Parti populaire (extrême droite) en 2014-2019.

SP/sp.a

  • 1992: Staf Neel (1944-2012), conseiller communal SP à Anvers de 1971 à 1992 (et conseiller provincial de 1977 à 1985), passe au Vlaams Blok en cours de mandat, réélu sur la liste VB en 1994, en 2000 et en 2006, élu député fédéral de 2003 à 2007
  • 2007: Mimount Bousakla, sénatrice (2003-2007), passe du SP.A à la Liste Dedecker (LDD), sur les listes de laquelle elle se présente en 2007 et en 2009 et n'est pas élue
  • 2010: Cemal Cavdarli, député SP.A (2003-2007), non réélu en 2007 au Sénat (pas en position éligible), passe à la LDD en 2010 parce que le SP.A ne lui donne à nouveau pas de place éligible, n'est pas élu et se présente en 2011 aux législatives en Turquie sur une liste AKP, sans être élu

Danemark

  • Mogens Camre (1936-2016), député social-démocrate de 1968 à 1987, cadre de ce parti, passé au Dansk Folkeparti (extrême droite populiste xénophobe) pour lequel il siégea au Parlement européen de 1999 à 2009

France

SFIO

PS

  • 2001-2002 (a quitté le PS en 1989): Joël Wilmotte, maire d'Hautmont (Nord) depuis 1989, qui s'est illustré dès le début de son mandat par ses actes et propos racistes et discriminatoires, rejoint le Rassemblement pour la France (RPF) de Charles Pasqua en 2001, puis l'UMP (qui autorise la double affiliation avec le RPF) en 2002
  • 2011 (ancien élu): Karim Ouchikh, maire adjoint de Gonesse (Val d'Oise) de 1995 à 2007, membre du PS jusqu'au début des années 2000, s'est rallié au Front national sans en prendre la carte[5], il est d'abord devenu vice-président du Rassemblement pour l’indépendance de la France (RIF)[6], et depuis 2014 président d'un autre parti-satellite du Rassemblement Bleu Marine, Souveraineté, Indépendance et Libertés (SIEL); candidat FN/RBM aux départementales de 2015
  • 2011 (ancien élu) Antoine Ibba, ancien conseiller municipal PS de 2002 à 2008, (il affirme ne jamais avoir eu la carte du parti), responsable de la section FN depuis 2011[7]); tête de liste FN à Grenay (Pas-de-Calais) aux municipales de 2014
  • 2011 (ancien élu): Daniel Gest, ancien élu PS (sur une liste menée par le PCF), ancien secrétaire de la section PS de Saint-Etienne-au-Mont ("J'avais quitté le PS suite à l'affaire du sang contaminé et j'ai adhéré au FN quand Marine Le Pen est devenue présidente. "); suppléant FN aux législatives de 2012, tête de liste FN à Outreau (Pas-de-Calais) aux municipales de 2014[8] [9]
  • 2013: Marcelle Arsac, conseillère municipale PS d'Orange (Vaucluse), s'est ralliée à l'actuel député et maire, Jacques Bompard (Ligue du Sud, ex-FN) en vue des municipales de mars 2014[10]
  • 2015 (suppléante): Céline Maillard, suppléante du conseiller général PS Francis Lec lors des élections cantonales de 2009, ensuite membre de l'équipe de l'ancien député PCF de la Somme Maxime Gremetz pour les élections cantonales de 2011[11]; candidate FN/RBM aux départementales de 2015

MRC

voir e.a. Paul Conge, "Ces chevènementistes séduits par le FN", L'Express, 13 avril 2016

Sources

  1. Francis Balace, De l'avant à l'après-guerre, l'extrême droite en Belgique francophone, éditions De Boeck Supérieur, Bruxelles, 1994 ISBN 9782804118785 p.151
  2. Michel Géoris-Reitshof, L'extrême-droite et le néo-fascisme en Belgique, P. de Meyère, 1962 pp.52-53
  3. Belga, "Serge Reynders exclu du PS après des propos déplacés sur les réfugiés", La Libre Belgique, 22 septembre 2015
  4. Belga, " PP annonce le ralliement d'un ex-élu PS de Saint-Nicolas, Serge Reynders", RTBF Info, 15 janvier 2016
  5. "Un ex-élu PS rejoint le FN", Le Figaro, 18 novembre 2011
  6. Bruno Gollnisch, "Karim Ouchikh, un souverainiste conséquent!", Blog de Bruno Gollnisch, 12 octobre 2011
  7. "Après une période de flottement, on lui a confié les rennes (sic) de la section locale et, en l'espace de deux ans, on compte près de 100 adhérents." - "Antoine Ibba, le candidat FN", L'Avenir de l'Artois, 19 décembre 2013
  8. Olivier Merlin, "Outreau: Daniel Gest, candidat FN, veut prendre la mairie", La Voix du Nord, 9 octobre 2013
  9. Emmanuel Galiero, " «Les socialistes ont trahi les ouvriers»", Le Figaro, 31 janvier 2014
  10. Pauline Théveniaud, "Municipales à Orange: une socialiste rejoint l'ex-FN Jacques Bompard", Le Parisien, 13 décembre 2013
  11. "Départementales : du PS au FN, le singulier parcours d'une élue picarde", Le Figaro, 25 février 2015
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils