Élu.e.s ou candidat.e.s d'extrême droite belge recyclé.e.s dans d'autres listes ou partis

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

A Beringen et à Grimbergen en 2018, deux ex-parlementaires qui avaient quitté le Vlaams Belang en 2015 après en avoir été élus de 1999 à 2014 menaient des "listes locales", après en avoir été eux-mêmes les n°1 aux élections précédentes, sous diverses dénominations, y compris quand elles s'appelaient "Vlaams Belang" ou "Vlaams Blok".

La première, Voluit ("Complètement"), menée par Bert Schofs avec le soutien de l'Open VLD, dont l'élue de 2012 figurait en deuxième place de la liste, les autres candidat.e.s étant des ex-VB, des ex-Lijst Dedecker, des ex-N-VA, des indépendant.e.s et des Open VLD.

La seconde, Vernieuwing ("Renouveau"), menée par Bart Laeremans avec le soutien tacite du VB, qui ne présentait pas de liste contre elle, et sur lequel un de ses assistants parlementaires a même été élu, avec en guise de réciprocité tout aussi tacite la non-présentation de liste concurrente aux élections provinciales, où le frère de Bart, Jan Laeremans, était candidat à la reconduction de son mandat. Il a d'ailleurs été réélu grâce à ses voix de préférence, son parti n'ayant obtenu que deux élus, et il occupait la troisième place.

Les deux listes devaient être intégrées dans les nouvelles coalitions issues des urnes en 2018.

A Beringen au sein d'une majorité avec le CD&V et la N-VA contre le SP.A de l'ancien bourgmestre, Groen, mené par une mandataire d'origine turque ex-Open VLD, et le... Vlaams Belang, en tout cas la partie non recyclée par l'Open VLD/"Vooruit".

A Grimbergen une coalition était prévue avec l'Open VLD et la N-VA contre le bourgmestre CD&V sortant, le SP.A, Groen et l'Union des francophones. Par contre, bien que sa liste soit arrivée en tête et qu'il ait totalisé le meilleur score personnel dans la commune, Bart Laeremans aurait dû se contenter d'un échevinat, le poste de bourgmestre ne lui ayant pas été concédé en raison de l'opposition de la direction nationale de l'Open VLD, laquelle a finalement décidé d'interdire à sa section locale d'entrer dans une coalition avec Vernieuwing tant que l'élu VB "soit [rompe] tout lien avec le Vlaams Belang, soit [mette] un terme à son mandat communal, ou encore [siège] au conseil communal en tant qu’indépendant", l'ultimatum prenant fin le 1er décembre[1].

A Ninove, la situation était plus claire, une liste Forza Ninove (FN) est arrivée largement en tête, mais il ne faisait aucun dote qu'il s'agissait de la liste officielle du Vlaams Belang, seule la N-VA nationale a hésité un moment avant de refuser de soutenir la candidature de Guy D’Haeseleer au mayorat ou de s'abstenir de s'y opposer, jusqu'à ce qu'une vidéo trop crûment raciste datant de la campagne électorale refasse surface, brisant les ambitions du candidat-bourgmestre.

La polémique autour de ces trois situations a inspiré à des député.e.s ex-N-VA hostiles au cordon sanitaire une tribune dans le magazine-site nationaliste Doorbraak dans laquelle ils ont notamment rappelé qu'en 2012 les partis traditionnels, en compris le SP.A à Alost, n'avaient pas tant fait la fine bouche quand il s'était agi de participer à des coalitions avec la N-VA dont trois échevins étaient eux-même d'ex-élus ayant récemment quitté le Vlaams Belang: Karim Van Overmeire à Alost, Bruno Stevenheydens à Beveren et Luc Sevenhans à Brasschaat. Pour eux, la motivation de l'Open VLD à Grimbergen pour refuser de soutenir l'accession de Laeremans au poste de bourgmestre relevait du pur opportunisme, la tête de liste libérale voulant simplement y accéder lui-même en lieu et place du CD&V sortant[2].

Alors que le problème s'était déjà notamment posé à Schaerbeek en 2006 au VLD et en 2012 au MR, le seul cas médiatisé en 2018 à Bruxelles ou en Wallonie de candidat issu de l'extrême droite sur une liste non extrémiste a été relevé à Courcelles chez DéFI[3], mais dans les trois cas (moins probablement pour celui de 2006) il s'agissait plutôt de situations de listes qui avaient peiné à trouver des candidats, soit pour cause de nombreuses défections, soit parce qu'elles se présentaient pour la première fois (tout court ou hors d'une liste de cartel) dans une commune, et n'avaient pas repéré ces intrus avant le dépôt des listes.

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
  1. Joyce Azar, "Cordon sanitaire à Grimbergen: l’Open VLD ne s’alliera pas (pour le moment) à la liste Vernieuwing", 27 octobre 2018
  2. Veerle Wouters et Hendrik Vuye, "Een schutkring rond het cordon sanitaire?" (Un "circuit de protection"/cordon autour du cordon sanitaire?), Doorbraak, 23 octobre 2018
  3. "Courcelles: DéFI coupe les ponts avec un candidat proche de l'extrême droite", RTBF Info, 11 octobre 2018
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils