Élu.e.s d'origine allemande en Belgique

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Électrices et électeurs, candidat.e.s et élu.e.s d'origine étrangère ou binationales.aux en Belgique

Élections communales de 1994 - 2000 - 2006 - 2012 - 2018 - dans des communes spécifiques
Élections en Région bruxelloise - Autres élections
Tentatives d'autonomisation politique des allochtones en Belgique - Partis musulmans en Belgique - Profils des électeurs par origine nationale ou par religion
Bibliographie
modifier
  • Jonathan Raphaël Bischoffsheim (1808-1883), banquier, était issu d'une famille juive de Mayence, en Allemagne. Après avoir obtenu la grande naturalisation en 1857, il fut élu au conseil communal de Bruxelles puis, en 1862, au Sénat où il siégea pendant vingt ans. Il fut également président du consistoire israélite de Belgique[1].
  • Alexandre Braun (1847-1935), avocat, bâtonnier, sénateur du Parti catholique (1900-1929), Ministre d'État (1925), était le fils de Thomas Braun, né à Kommern (dans l'actuelle Rhénanie-du-Nord-Westphalie), lui-même petit-fils et arrière-petit-fils d'échevins (magistrats) de la commune d'Endenich (près de Cologne), enseignant établi à Nivelles le 20 avril 1845 à la demande du gouvernement belge, qui avait obtenu la nationalité belge en 1850, et de Franciska Horst, épousée à Cologne en 1847
  • Baron Emile Braun (1849-1927), ingénieur civil, député du Parti libéral (1900-1925), bourgmestre de Gand (1895-1921), autre fils de Thomas Braun
  • Carl Herrmann-Debroux (1877-1965), avocat, conseiller communal libéral à Auderghem (1907) puis échevin (1912) et bourgmestre de 1912 à 1921, fils de Frédéric Herrmann, un importateur d'origine allemande, et de Louise Michaux. A partir de 1915, il adjoignit le patronyme de son épouse au sien, et signa désormais Herrmann-Debroux.
  • Adolf Molter (1896-1975), journaliste né à Anvers de parents allemands émigrés, Carl Molter et Susanna Knugely, naturalisé en 1926, conseiller communal puis échevin du Parti ouvrier belge à Anvers jusqu'à sa démission en 1942, actif sous l'Occupation nazie dans le Joods Verdedigingscomiteit/Comité de Défense des Juifs (JVC/CDJ) et dans le groupe de résistants Socrates, qui organisait le soutien financier aux réfractaires du STO et collectait des informations transmises à Londres, sénateur du Parti socialiste belge de 1952 à 1965, et membre de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe de 1961 à 1965[2]

Sources

  1. Pierre-Yves Lambert, "Les personnes d'origine étrangère dans les assemblées politiques belges", Migrations-Société (Paris), Vol. 13, n°77, septembre-octobre 2001, pp. 31-40
  2. "Adolf Molter", notice biographique sur le site du Louis-Paul Boon Centrum
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils