Élections régionales catalanes de 2006

De Suffrage Universel
Révision datée du 27 juin 2015 à 09:49 par Admin (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Participation politique des résidents d'origine étrangère et/ou non-européenne en Espagne

Élections régionales catalanes de 2006
Élections municipales de 2011 - 2015
Partis d'une minorité allochtone - Partis d'allochtones - Partis musulmans
modifier

publication initiale (avec liens): Pierre-Yves Lambert, "Huit candidats allochtones aux élections régionales catalanes", Suffrage Universel (Blog), 1er novembre 2006 (mise à jour 2 novembre 2006)

Des élections régionales se déroulaient ce mercredi en Catalogne. Etonnamment, vu le nombre élevé de candidats sur les listes (pour chaque liste 135 candidats effectifs, toutes circonscriptions confondues), l'agence EFE et la presse locale[1] n'en ont relevé que 8 d'origine non européenne, soit par pays d'origine un Marocain, deux Palestiniens, un Syrien, deux Chiliennes, un Uruguayen et un Péruvien. Sept sur huit étaient présentés par des partis de gauche, le huitième par les nationalistes centristes. Seuls les deux députés sortants, un Uruguayen et un Marocain, étaient en position éligible.

Parti socialiste de Catalogne

Actuellement, deux députés régionaux allochtones siègent au Parlement catalan, les socialistes Mohammed Chaib Akhdim ("Mohammed Chaib"), né au Maroc en 1962, et Roberto Edgardo Labandera Ganachipi ("Roberto Labandera"), né en Uruguay en 1954, membre du PSC (Partit dels Socialistes de Catalunya) depuis 1991 et député régional depuis 1999. Chaib est 26ème sur la liste, Labandera 24ème et un restaurateur palestinien de 44 ans, Fouad Ahmad Assabi, figure quant à lui à la 63ème place, tous trois sur la liste de la circonscription de Barcelone. Monsieur Assabi est par ailleurs fondateur et actuel vice-président du Centre arabe de Barcelone et vice-président de l'Association pour la coopération catalane avec la Palestine.

Dans une interview parue il y a un an dans le quotidien La Vanguardia et reproduite sur son blog[2], le député Chaib, licencié en pharmacie de l'Université de Barcelone et membre du PSC depuis 1995, se prononçait contre l'interdiction du foulard ainsi que contre l'usage du terme "deuxième génération", "qui démontre l'échec du modèle français d'assimilation". D'un autre côté, il estimait que c'est "seulement si les immigrés s'impliquent dans la vie des villes qu'ils entreront dans un processus de normalisation", en donnant comme exemple l'absence des jeunes Maghrébins dans les grandes fêtes catalanes. Selon lui, le fait que la Catalogne comprendra environ 400.000 musulmans avec les regroupements familiaux "oblige à adapter l'islam à la réalité, sans peur et sans clichés".

Convergence et union

Le Dr. Fouad Ajram Maksoud, médecin d'origine syrienne (chrétienne), figure pour sa part en 52ème place (en tant que membre de l'Unió Democràtica) sur la liste de Convergència i Unió, la coalition régionaliste (membre du Parti Populaire Européen) qui a été au pouvoir en Catalogne jusqu'aux élections de 2003, quand une coalition de gauche ("tripartit") l'a rejetée dans l'opposition. Ce docteur en pédiatrie est chef de service à l'Hôpital du Sacré-Coeur de Barcelone et fondateur de l'association qui regroupe la communauté syrienne de Catalogne.

Gauche unie

La Gauche Unie Alternative (Esquerra Unida i Alternativa) de la liste communiste et verte ICV (Iniciativa per Cataluna verds)-EUiA présente quant à elle en 84ème place sur 85 dans la circonscription de Barcelone le président de la Communauté palestinienne de Catalogne et des Baléares, Jamal Lababidi Ayoubi, en tant que candidat indépendant. Ce journaliste de 44 ans est né à Gaza, il est arrivé en Catalogne en 1981 et milite au Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP) depuis 1999. La liste ICV-EUiA présente par ailleurs deux candidates d'origine chilienne, Lila Maria Lorenzo Soto-Aguilar (44ème à Barcelone, candidate indépendante, née en 1939 au Chili, licenciée en biologie, membre du service de sécurité du Président Allende) et Patricia Eugenia Astorga Pérez, (72ème à Barcelone, candidate ICV, née en 1960 au Chili, traductrice) et un candidat d'origine péruvienne, Ernesto Carrión Sablich (25ème à Barcelone, candidat ICV, né en 1964 au Pérou, licencié en sciences politiques de l'Université de Genève)

Parti populaire

Contrairement aux élections de 2003, le Partido Popular ne présente aucun candidat allochtone. A l'époque, un médecin d'origine syrienne, Nabil Allaquod, figurait sur les listes, en 16ème position dans la circonscription de Barcelone.

Gauche républicaine de Catalogne

La Gauche républicaine de Catalogne (Esquerra Republicana de Catalunya) ne présente quant à elle aucun candidat né hors de la Généralité (Région) de Catalogne. En 2004, le président de ce parti, Josep Lluis Carod-Rovira, avait déclaré à propos de la proposition de régularisation des immigrés illégaux qu'"une nation démographiquement petite et sans Etat [la Catalogne] a besoin de moyens pour se protéger de la vague migratoire qui affecte les pays développés". Le secrétaire général d'ERC, Joan Puigcercos, ajoutait quant à lui que "Le processus de globalisation et de métissage culturel" suppose "une perte d'identité" pour la Catalogne. Ces propos, il faut le préciser, venaient en renfort de ceux de l'ancien président CIU de la Généralité, Jordi Pujol[3].

Andalous et Catalans

Pendant la campagne électorale, l'origine andalouse de la tête de liste socialiste José Montilla Aguilera a été évoquée par certains nationalistes. Rappelons qu'en 1980 le Parti Socialiste Andalou avait présenté une liste aux élections régionales et que deux députés de ce parti étaient entrés au Parlement régional. L'acceptation des allochtones comme Catalans à part entière n'est pas évidente pour tous, celle des "Espagnols" non plus...

Mise à jour (2 novembre)

Comme prévu, seuls les deux députés sortants du Partit dels Socialistes de Catalunya ont été élus, aucun des autres candidats allochtones n'étant de toute façon en position éligible.

Par contre, j'avais oublié de préciser que les 8 candidats allochtones ne devaient être comparés qu'avec les 135 candidats de chacun des 5 partis ou coalitions électorales déjà représentés au parlement, soit: PSC, CiU, ERC, PP et ICV-EUiA. Huit sur 675 candidats donc.

Mais il y avait aussi d'autres listes, dont une seule a obtenu pour la première fois trois élus, Ciutadans - Partit de la Ciutadania, des antinationalistes dont la tête de liste avait des tracts très révélateurs de sa personne. Il y avait donc aussi d'autres candidats allochtones sur ces petites listes.

Intéressant à noter aussi, quand on consulte les noms de tous les candidats, on s'aperçoit que sur certaines listes il y a une nette prédominance de personnes à prénoms "catalans" (Josep, Antoni, Miquel etc.) alors que sur d'autres ce sont plutôt des prénoms "castillans/espagnols" (José, Antonio, Miguel etc.).

Sources

  1. (en catalan) "Tímida presència de candidats d’origen àrab a les llistes electorals", Lamalla.cat, 18 septembre 2006
  2. Josep Playa Maset,"Un pacto para incorporar el islam a Catalunya - El diputado Mohamed Chaib considera que la identidad catalana se ha de construir con los inmigrantes", La Vanguardia, 25 octobre 2005
  3. Christian Galloy, "Espagne: 6e régularisation extraordinaire de l'immigration clandestine en moins de 20 ans", LatinReporters.com, 30 août 2004
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils