Élections municipales espagnoles de 2011

De Suffrage Universel
Révision de 28 juin 2015 à 09:14 par Admin (discussion | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher
Participation politique des résidents d'origine étrangère et/ou non-européenne en Espagne

Élections régionales catalanes de 2006
Élections municipales de 2011 - 2015
Partis d'une minorité allochtone - Partis d'allochtones - Partis musulmans
modifier

Électorat

Le système espagnol de droit de vote municipal accorde celui-ci aux résidents étrangers dont les pays ont conclu un accord de réciprocité avec l'Espagne (voir Droit de vote des étrangers en Espagne). Avant ces élections du 22 mai 2011, seuls les autres pays de l'Union européenne et la Norvège étaient concernés, cette fois-ci ils étaient neuf de plus: Bolivie, Cap-Vert (depuis le 13 janvier 2011), Chili, Colombie, Équateur, Islande, Nouvelle-Zélande, Paraguay et Pérou. Les demandes d'inscriptions sur les listes électorales devaient être introduites au plus tard le 25 janvier 2011, l'Oficina del Censo Electoral (OCE) avait envoyé des courriers personnalisés aux résidents concernés, sauf à ceux dont les traités bilatéraux ont été enregistrés très peu de temps avant la clôture des listes (Cap-Vert et Islande). Les conditions de résidence pour les extracommunautaires étaient de 5 ans, sauf pour les Norvégiens, pour lesquels 3 ans suffisaient[1][2][3].

Ressortissants de l'Union européenne

Les électeurs étrangers, principalement des Britanniques mais aussi quelques Allemands, constituent la majorité de l'électorat municipal dans deux municipalités de la province d'Alicante/Alacant (Généralité de Valence), San Fulgencio (5.617 électeurs dont 3.225 étrangers - 3.212 communautaires - soit 57,41%) et Llíber (768 électeurs dont 458 étrangers, tous communautaires, soit 59,64%), et plus de 40% dans quatre autres, Benitatxell (1.331 électeurs étrangers, soit 49,41%), Daya Vieja (195 électeurs étrangers, soit 48,45%), Teulada (3.788 électeurs étrangers, soit 48,47%) et Els Poblets (869 électeurs étrangers, soit 44,04%)[4].

Ressortissants extracommunautaires

pays invitations envoyées inscrits à la clôture des listes % d'inscrits par rapport aux invités
Bolivie 27.502 4.928 17,92
Cap-Vert 0 22 -
Chili 10.078 1.239 12,29
Colombie 95.192 12.536 13,17
Équateur 168.639 25.460 15,1
Islande 0 26 -
Norvège 6.027 816 13,54
Nouvelle-Zélande 148 32 21,62
Paraguay 4.305 646 15,01
Pérou 38.244 5.877 15,37
Total 350.135 51.582 14,73

Résidents espagnols à l'étranger

Pour la première fois, les résidents espagnols à l'étranger ont perdu leur droit de vote aux élections municipales, alors qu'ils représentaient dans certaines municipalités de Galice jusqu'à 40% de l'électorat, et que pour cette seule région ils étaient 365.172 (majeurs) à la clôture des listes électorales en 2010, soit 13,67% de l'électorat régional, contre 3,9% pour l'Espagne tout entière. Il y avait même quatre petites municipalités où les électeurs résidant à l'étranger étaient plus nombreux que ceux résidant sur place: Gomesende (52,76%), Avión, Bande et Arnoya. La Loi de mémoire historique à elle seule a fait augmenter entre janvier et novembre 2010 le nombre d'électeurs galiciens de l'étranger de 29.815 unités[5].

Candidats

Élu(e)s

Maires d'origine non-européenne

  • Abdeslam Jesús Aoulad Ben Salem Lucena (« Abdeslam Lucena »), maire de Benamocarra (province de Malaga, Région d'Andalousie, 3.080 hab. en 2008) depuis 2003[6](réélu en 2007), du Partido Andalucista, dont il était membre de l'Exécutif national, et pour lequel il a été candidat aux élections autonomes d'Andalousie en 2008. En 2011, il était cette fois candidat investi par le Partido Popular (droite conservatrice), qui a remporté les élections haut la main, et il fait également partie des maires qui siègeront au conseil provincial, élu au scrutin indirect[7][8]
  • Juan Antonio de la Morena (Partido Popular), né à Malabo en 1971, de père espagnol et de mère équato-guinéenne, depuis juin 2007 le "premier maire noir d'Espagne", à Villamantilla, une localité de 800 habitants située à 40 km de Madrid, a été réélu en 2011, sa liste ayant obtenu, comme en 2007, 5 sièges sur 7 au conseil municipal, avec un gain en voix et en pourcentage: 389 voix (240 en 2007) et 62,64% (57,83% en 2007) [9][10].

Suppléant(e)s d'origine non-européenne appelé(e)s à siéger

A mi-mandat, en juillet 2013, María Dolores Solano est devenue la première conseillère municipale (PSOE) d'origine équatorienne à Totana (Région de Murcie), suite à la démission d'un élu[11]. Cette veuve de 47 ans, mère de trois enfants, était arrivée en Espagne 16 ans plus tôt, exerçant des emplois non qualifiés alors qu'en Equateur elle était secrétaire dans un institut de formation d'enseignants. Huitième sur la liste du PSOE en 2011, elle dirigeait l'association des femmes originaires de la province équatorienne de Cañar, d'où viennent quelques 3.000 habitants de Totana sur 32.000[12].

En janvier 2015, également suite à la démission d'un élu, Leonor Castillo est à son tour devenue la première conseillère municipale (également PSOE) d'origine équatorienne à Huelva (Andalousie)[13].

Nouveaux partis de minorités

Partido Renacimiento y Unión de España (Prune)

Ce parti "d'inspiration islamique" avait annoncé depuis deux ans, avec grand renfort de publicité de la part de tous les médias islamophobes, qu'il présenterait en 2011 des listes aux municipales dans plusieurs villes espagnoles (son site mentionnait "Grenade, Málaga, Ceuta, Cádiz, Tolède, Murcie, et des localités du Pays basque et des Asturies"), il ne semble en avoir en fin de compte présenté aucune, son site internet n'a d'ailleurs pas été mis à jour depuis le 16 janvier 2011.

Partido Ibérico de los Rumanos (Pirum)

Ce parti d'immigrés roumains avait annoncé qu'il présenterait des listes dans trois municipalités de la province catalane de Lleida, il n'en a en fin de compte présenté qu'une dans cette province, à Agramunt (5.618 habitants en 2010, dont 1.020 étrangers[14], mais où seuls 34 étrangers, tous ressortissants UE, s'étaient inscrits comme électeurs sur un total de 3.889 électeurs), elle a obtenu 26 voix (1% des suffrages)[15].

Partido de los Extranjeros

Ce "Parti des étrangers" a présenté une liste de 40 candidats et 6 suppléants aux élections régionales en Généralité de Valence, dans la seule province de Valence, elle a obtenu 508 voix sur 1.371.183 votants[16] [17]. Étant donné que les étrangers n'ont le droit de vote qu'aux municipales, et non aux régionales, les candidats et électeurs de ce parti étaient donc tous de nationalité espagnole.

Partido Independiente por las Nacionalidades

Le PIPN est un parti politique local de San Fulgencio (province d'Alicante, Communauté valencienne), une localité qui comptait 77,7% de résidents étrangers en 2011. Il n'a obtenu qu'un seul élu en 2011, Jeff(rey) Wiszniewski, un résident britannique dont le soutien a permis au Partido Popular (droite) de prendre le pouvoir municipal au Parti socialiste (PSOE)[18].

Sources et notes

  1. "Formación del censo electoral de los extranjeros residentes en España para las elecciones municipales de 22 de mayo de 2011.En las elecciones municipales de 2011 podrán votar ciudadanos de la UE, Noruega, Chile, Colombia, Ecuador, Nueva Zelanda, Paraguay, Perú y de otros países que establezcan futuros acuerdos", Notas de prensa, Instituto Nacional de Estadística, 7 septembre 2010
  2. "Elecciones municipales de 22 de mayo de 2011. Los ciudadanos nacionales de Bolivia, Chile, Colombia, Ecuador, Noruega, Nueva Zelanda, Paraguay y Perú, residentes en España e inscritos en el censo electoral podrán votar en las elecciones municipales", Notas de prensa, Instituto Nacional de Estadística, 24 novembre 2011
  3. "Elecciones municipales de 22 de mayo de 2011. El plazo para que los extranjeros nacionales de países con Acuerdos se inscriban en el censo electoral y puedan votar en las elecciones municipales se amplía hasta el 25 de enero de 2011. Podrán hacerlo los ciudadanos nacionales de Bolivia, Cabo Verde, Chile, Colombia, Ecuador, Islandia, Noruega, Nueva Zelanda, Paraguay y Perú", Notas de prensa, Instituto Nacional de Estadística, 22 janvier 2011
  4. "Dos municipios alicantinos tienen más votantes extranjeros que españoles", El Mundo, 16 mai 2011
  5. Carlos Punzón, "El censo exterior bate récords cuando se queda sin poder votar", La Voz de Galicia, 17 janvier 2011
  6. Agustín Peláez, "Youth at the Town Hall", Sur in English, 11-17 juillet 2003
  7. "El Comité Electoral del PP aprueba la lista de diputados, "un antes y un después" en la historia de la provincia", Europa Press, 14 juin 2011
  8. Résultats électoraux à Benamocarra aux municipales de 2003, 2007 et 2011
  9. "Reelegido en Villamantilla (Madrid) por mayoría absoluta el único alcalde negro de España", Terra Noticias - Europa Press, 23 mai 2011
  10. Résultats électoraux à Villamantilla aux municipales de 2003, 2007 et 2011
  11. EFE, "María Dolores Solano será la primera concejal de origen ecuatoriano", La Verdad, 21 juillet 2013
  12. "Mujer, nacida en Cañar, es electa como concejal en España", El Diario (Equateur), 24 juillet 2013
  13. J. Jiménez Gálvez, "Las que vinieron y tomaron las riendas", El País, 22 avril 2015
  14. "Agramunt - El municipi en xifres", Institut d'Estadística de Catalunya
  15. Résultats des élections municipales à Agramunt en 2003, 2007 et 2011
  16. Liste complète des candidats du Partido de los Extranjeros dans la province de Valence pour les élections régionales de 2011
  17. Resultats finals i la relació de diputats i diputades electes en les eleccions a les Corts Valencianes, realitzades el dia 22 de maig de 2011
  18. Luis Gómez, "Good morning, San Fulgencio", El País, 23 août 2014

Liens externes

Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils