Élections législatives fédérales allemandes de 2017

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher
Électeurs, candidats et élus allemands d'origine non-européenne
Élections fédérales (2005, 2017), régionales (Hambourg 2008, Rhénanie du Nord-Westphalie 2005 - 2010 - 2012), locales

Parlementaires allemands d'origine non-européenne - européens - fédéraux - régionaux
Partis musulmans - Parti d'allochtones
Droit de vote des étrangers
Nationalité allemande - Nationalité sarroise
Profils des électeurs par origine nationale ou par religion
modifier

Député-e-s sortant-e-s d'origine non-européenne

Le Bundestag élu le 22 septembre 2013 comptait 631 député-e-s dont 16 d'origine non-européenne (parmi lesquel-le-s plusieurs issu-e-s de couples mixtes dont la mère est allemande)

9 issu-e-s de familles originaires de Turquie (dont plusieurs Kurdes)

4 issu-e-s de familles ou d'un parent originaires d'Iran

1 né en Egypte

  • Alexander Radwan, né en 1964 CSU Bavière (élu majoritaire à Starnberg avec 54,1%)

1 né au Sénégal

1 né en Inde

  • Sebastian Edathy, né en 1969 SPD Basse-Saxe (élu majoritaire à Nienburg II – Schaumburg avec 44,6%; démission le 10 février 2014[1]

cas particulier: députée issue de la minorité turque de Grèce (comptabilisée comme "Turque" par les médias turcs)

  • Cemile Giousouf, née en 1978 CDU Rhénanie du Nord-Westphalie

Député-e-s (ré)élu-e-s d'origine non-européenne

Le Bundestag élu le 24 septembre 2017 compte 709 député-e-s dont 23 d'origine non-européenne (parmi lesquel-le-s plusieurs issu-e-s de couples mixtes dont la mère est allemande)

14 issu-e-s de familles originaires de Turquie (dont plusieurs Kurdes)

  • Gökay Akbulut, née en 1982 LINKE Bade-Württemberg
  • Danyal Bayaz, né en 1983 GRÜNE Bade-Württemberg
  • Canan Bayram, née en 1966 GRÜNE Berlin (élue majoritaire à Berlin-Friedrichshain – Kreuzberg – Prenzlauer Berg Ost avec 26,3 %)
  • Sevim Dağdelen, née en 1975 LINKE Rhénanie du Nord-Westphalie
  • Ekin Deligöz, née en 1971 GRÜNE Bavière (députée fédérale depuis 2002)
  • Metin Hakverdi, né en 1969 SPD Hambourg (élu majoritaire à Hambourg-Bergedorf – Harburg avec 34,8%)
  • Cansel Kiziltepe, née en 1975 SPD Berlin
  • Elvan Korkmaz, née en 1985 SPD Rhénanie du Nord-Westphalie
  • Cem Özdemir, né en 1965 GRÜNE Bade-Württemberg
  • Mahmut Özdemir, né en 1987 SPD Rhénanie du Nord-Westphalie (élu majoritaire à Duisburg II avec 34,8%)
  • Aydan Özoğuz, née en 1967 SPD Hambourg (élue majoritaire à Hambourg-Wandsbek avec 34,6%)
  • Filiz Polat, née en 1978 GRÜNE Basse-Saxe
  • Evrim Sommer, née en 1971 LINKE Berlin (Kurde; précédemment députée régionale depuis 1999)
  • Gülistan Yüksel, née en 1962 SPD Rhénanie du Nord-Westphalie

6 issu-e-s de familles originaires d'Iran

  • Bijan Djir-Sarai, né en 1976 FDP Rhénanie du Nord-Westphalie
  • Yasmin Fahimi, née en 1967 SPD Basse-Saxe (élue majoritaire à Stadt Hanovre II avec 33,7%)
  • Niema Movassat, né en 1984 LINKE Rhénanie du Nord-Westphalie
  • Michaela Tadjadod-Noll, née en 1959 CDU Rhénanie du Nord-Westphalie (élue majoritaire à Mettmann avec 44,6%), élue députée fédérale sans discontinuer depuis 2002
  • Omid Nouripour, né en 1975 GRÜNE Hesse
  • Sahra Wagenknecht, née en 1969 LINKE Rhénanie du Nord-Westphalie

2 issu-e-s de familles originaires d'Egypte

1 issu d'une famille originaire du Sénégal

Seuls 41.178 électeurs ont soutenu le parti pro-Erdogan ADD

Le parti turc pro-Erdogan Allianz Deutscher Demokraten (ADD) ne participait aux élections fédérales du 24 septembre 2017 que dans le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Rhénanie du Nord-Westphalie, NRW), sa liste dans le Bade-Württemberg avait été rejetée par la commission électorale et il avait retiré celle de Hesse.

Ce parti a été mis sur pied par des Turco-Allemands en réaction à la motion du Bundestag (Parlement fédéral) sur le génocide arménien en 2016. La tension croissante des relations entre Berlin et Ankara a conduit les observateurs à s'interroger quant à l'attitude des électeurs turco-allemands, sur fond d'injonctions du Président Erdogan[2].

L'ADD n'avait jusqu'ici participé qu'à l'élection de mai 2017 du Landtag (Parlement régional) en Rhénanie du Nord-Westphalie, recueillant 12.688 votes (0,1%), le parti Bündnis für Innovation und Gerechtigkeit (BIG), parti turco-islamique plus ancien (qui n'a jamais percé) 17.421 (0,2%), Aux élections régionales de 2012 en NRW, BIG avait obtenu 10.694 voix (0,1%)[3].

Add-erdogan2017.jpg
Pour ces élections fédérales, BIG ne présentait pas de liste et l'ADD a recueilli 41.178 voix (0,4%) en NRW au scrutin proportionnel (il ne présentait aucun candidat au scrutin uninominal[4], ce qui n'est pas beaucoup compte tenu du soutien affiché (au propre comme au figuré, voir image ci-contre) de "notre Président" (Erdogan, pas Steinmeier) à ce parti.

L'ADD ne présentait que des candidats turcs(nom, prénom, profession, date de naissance[5]):

001 Gürcan, Ayse Nur kfm. Sachbearbeiterin 1990
002 Cingi, Selcuk Leiter Projektmanagement / Dipl.-Kaufmann 1983
003 Susam, Adem Fachinformatiker 1981
004 Toy-Unkel, Nevin Fotografin 1969
005 Toker, Ertan Dipl.-Informatiker (FH) 1978 :
006 Erdogmus, Ertan Vertriebsleiter 1983
007 Celik, Ahmet Dipl.-Vertriebsingenieur (FH) 1976
008 Dagli, Seyhan Angestellte 1969
009 Balci, Fatma Sachbearbeiterin 1983
010 Kahramanoglu, Seref Student 1992
011 Karaoglu, Hakan Dipl.-Ingenieur / Beamter 1977
012 Önümlü, Mehmet selbständig 1994
013 Calim, Fatih Kaufmann im Groß- und Einzelhandel 1980
014 Öztürk, Muhammet Tarik Student 1989
015 Elicora, Hakan Chemikant 1973

Parmi les listes de partis parlementaires en NRW, le seul qui présentait un-e candidat-e originaire de Turquie à une place élevée sur la liste proportionnelle était Die Linke, où Sevim Dagdelen était 3ème. La députée fédérale CDU sortante Cemile Giousouf, issue de la minorité turque de Grèce, ne figurait qu'en 32ème place de sa liste. Sur la liste SPD, Gülistan Yüksel n'était que 12ème. Les Verts, le FDP et l'AfD ne présentaient aucun candidat originaire de Turquie en NRW.

Cemile Giousouf n'a pas obtenu de siège en raison du système électoral, Gülistan Yüksel et Elvan Korkmaz ont été élues sur la liste SPD, ainsi que Mahmut Özdemir, ce dernier au scrutin uninominal avec 34,8%[6] et Sevim Dagdelen a été élue sur la liste Die Linke.

A noter que cette dernière liste était menée par Sahra Wagenknecht, une des principales figures (communiste populiste) de ce parti, dont le père était un étudiant iranien qui a quitté sa mère allemande quand elle était très jeune, et dont elle n'a plus jamais eu de nouvelles[7]. Autre (ré)élu de cette liste, Niema Movassat, né en Allemagne de parents iraniens. Michaela Noll-Tadjadod, fille (catholique) d'un ministre (musulman et franc-maçon) du Shah d'Iran, a quant à elle retrouvé son siège de députée CDU au scrutin uninominal. Bijan Djir-Sarai, également d'origine iranienne, a quant à lui été élu sur la liste proportionnelle du FDP libéral en NRW.

Sources

  1. suite à une affaire judiciaire d'images pédopornographiques
  2. Christoph Ricking, "How will Turkish Germans vote in the country's upcoming election?", Deutsche Welle, 24 août 2017
  3. cf. résultats officiels: https://www.wahlergebnisse.nrw.de/landtagswahlen/2017/aktuell/a000lw1700.shtml
  4. cf. résultats officiels: https://www.wahlergebnisse.nrw.de/bundestagswahlen/2017/aktuell/a000bw1700.shtml
  5. source: https://www.bundeswahlleiter.de/bundestagswahlen/2017/wahlbewerber/bund-99/land-5.html#9724bdba-c088-40f3-a75b-f970b47cad53
  6. cf. résultats provisoires https://www.bundeswahlleiter.de/bundestagswahlen/2017/gewaehlte/bund-99/land-5.html#0c55e544-0772-49b5-b852-8f8b9f1912fc
  7. http://www.dw.com/en/sahra-wagenknecht-the-uncompromising-face-of-the-left-party/a-40245663
Attention: cet article est en cours de rédaction, il s'agit donc d'une ébauche et certains éléments peuvent donc être prochainement modifiés suite à la consultation de sources supplémentaires.
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils