Élections étrangères en Belgique

De Suffrage Universel
Révision datée du 17 novembre 2011 à 15:23 par Admin (discussion | contributions) (Page créée avec « La Belgique compte dans sa population plus de 20% de résidents étrangers ou binationaux, dont certains participent aux élections organisées par les pays d'origine pour le... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

La Belgique compte dans sa population plus de 20% de résidents étrangers ou binationaux, dont certains participent aux élections organisées par les pays d'origine pour leurs ressortissants résidant à l'étranger, soit pour des instances spécifiques soit pour des élections générales ou des référendums.

Algérie

Espagne

France

Italie

Maroc

Élections législatives de 1984

Ces élections législatives furent les seules où les Marocains de Belgique ont pu voter, l'élu fut Marzouk Ahidar, de l'Union constitutionnelle, un parti "du ministère" (de l'Intérieur) créé l'année précédente par le Premier ministre Maati Bouabid.

Nadia Bernoussi, professeure de droit constitutionnel, écrit à ce sujet[1]:

Il convient de rappeler que lors du scrutin de 1984, le droit d’être représenté au Parlement leur avait été accordé. Ainsi a-t-on pu avancer que « l’importance croissante de cette partie de la population, son attachement au pays et la masse considérable des devises qu’elle rapatrie, justifiaient une représentation au parlement. Cinq circonscriptions sont établies dont deux en France et une pour le monde arabe. L’opposition se félicite de cette innovation tout en s’inquiétant des possibilités de manipulation laissées aux ambassades et consulats chargés des opérations électorales. »[2]
Bien que sans doute délicat à mettre en place au niveau technique du fait de l’identification des circonscriptions et de l’efficacité du contrôle, le droit de vote accordé aux nationaux résidant à l’étranger ne peut que se situer dans la logique de l’implication des citoyens marocains à l’étranger dans la prise de décision politique et leur participation à l’élaboration de la volonté générale et partant, du regain de citoyenneté tant recherché. Comment se plaindre d’un taux de participation général de plus en plus faible et trouver des difficultés à réconcilier les citoyens avec les urnes d’une part, et refuser ce droit à d’autres qui le réclament avec véhémence ? Il faut préciser en revanche que leurs voix sont sollicitées lors des consultations référendaires.[3]

Référendum constitutionnel de 2011

Portugal

Tunisie

Élections sous la dictature benaliste

Élections à l'Assemblée constituante de 2011

Notes et sources

  1. Nadia Bernoussi, "L’évolution du processus électoral au Maroc", Rapport sur le Cinquantenaire de l'Indépendance du Royaume du Maroc, 2006, p. 336
  2. Alain Claisse, "Élections communales et législatives au Maroc (10 juin 1983-14 septembre et 2 octobre 1984)", Annuaire de l'Afrique du Nord 198, p. 653. Inquiétude que ne manque pas de souligner un autre commentateur : « les renseignements disponibles permettent d’observer une très vive compétition entre les candidats : ils étaient 10 dans la première circonscription de Paris, et bien plus encore dans la seconde circonscription de Lyon. Mais “les pesanteurs” n’ont pu être déjouées : les cinq sièges à pourvoir ont été pratiquement répartis...Ont été élus : Marzouk Ahidar (UC) à Bruxelles, Abdehamid Naim (RNI) à Tunis, Akka Ghazi (USFP) à Paris, Rachid Lahlou (PI) à Madrid, Brahim Barbache (PUSN) à Lyon. » M. Sehimi, "Les élections législatives au Maroc", Maghreb-Machrek 107, janvier-mars 1985, p. 45
  3. Article 134 et suiv. du code électoral. Loi n°9-97 promulguée par dahir n°1-97-83 du 2 avril 1997 modifiée et complétée par la loi n°64-02 promulguée par dahir n°1-03-83 du 24 mars 2003

Liens utiles

Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils