Élection au second degré

De Suffrage Universel
Aller à : navigation, rechercher

L'élection au second degré, ou scrutin indirect, est un procédé par lequel des élus, permanents ou non, élisent eux-mêmes d'autres élus, sans donc passer par une élection directe au suffrage universel.

En France, le Sénat est ainsi élu par des élus et délégués des collectivités territoriales, qui sont par ailleurs soumis au vote obligatoire[1].

Le président des États-Unis est également élu au second degré, les électeurs élisent des grands électeurs qui, à leur tour, élisent le président. Avant le XVIIe amendement[2], les sénateurs étaient élus par les assemblées parlementaires de chaque État, à l'instar du Conseil des États en Suisse, du Bundesrat en Allemagne ou des sénateurs de communautés en Belgique.

Dans l'Empire ottoman et en Turquie, les députés étaient également élus au second degré jusqu'aux élections législatives de 1946. De 1925 à 1945, les grands électeurs étaient tous membres du parti unique, le Parti républicain du peuple[3]. Les premières élections au scrutin direct ont été les élections municipales de 1930, également les premières où les femmes étaient électrices.

Notes et sources

  1. "Le collège électoral sénatorial", site du Sénat
  2. XVIIe amendement, proposé le 13 mai 1912, ratifié le 8 avril 1913
  3. Cemil Koçak, « Parliament Membership during the Single-Party System in Turkey (1925-1945) », European Journal of Turkish Studies, 3 (2005)
Outils personnels
Espaces de noms

Variantes
Navigation
Outils